Un an après, retour sur les conséquences politiques de l’affaire Benalla

Mis à jour le Publié le

Après le déclenchement de ce qui deviendra vite «l’affaire Benalla», les conséquences politiques ont été nombreuses.

A l'époque, l’ancien chargé de mission à la présidence de la République est auditionné par la commission d’enquête du Sénat. L’institution, où la droite est majoritaire, devient à cette occasion, un contre-pouvoir intraitable.

A l’Assemblée Nationale aussi, l’agenda parlementaire est bouleversé par l’affaire. Le gouvernement, en proie à deux motions de censure de la part des députés, décide lui de reporter la réforme constitutionnelle, prévue à l’été 2018 et promesse de campagne d’Emmanuel Macron.

A l’Elysée, les hommes du Président sont fragilisés. Tour à tour Patrick Stroda, directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée et Gérard Collomb ministre de l’Intérieur de l’époque sont auditionnés. Bruno Roger-Petit alors porte-parole de l’Élysée, lui, voit son poste supprimer.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles