Accord de libre-échange : multiplication des actes «anti-CETA» visant la majorité

Par
Mis à jour le Publié le

Des agriculteurs toujours en colère, deux nouvelles permanences de députés de la majorité ont été vandalisées jeudi en Haute-Garonne. Ils protestent contre le CETA.

Des tonnes de fumier déversées, des parpaings pour murer la permanence d’une députée de la majorité, près de Toulouse. Voici les dernières actions coup de poing menées par des agriculteurs dans toute la France. Depuis dix jours, plus d’une quinzaine de permanences de députés de la majorité ont été dégradées un peu partout sur le territoire.

Leur cible : les 229 députés de la République en marche (LREM) qui ont voté pour le CETA, cet accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada. Les agriculteurs sont farouchement opposés au traité. Ils dénoncent une concurrence déloyale.

Le traité a été voté la semaine dernière à l’Assemblée nationale mais les agriculteurs maintiennent la pression. Ils misent tout sur le vote du Sénat prévu cet automne. Leur dernière chance pour modifier le contenu du texte.Pour entrer en vigueur, le CETA doit être signé par l’ensemble des Etats membres de l'Union Européenne. Pour l'instant, seule la moitié l'a déjà ratifié. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles