Les rejets de prélèvements : une pratique lucrative pour les banques

Par
Mis à jour le Publié le

Les banques françaises facturent beaucoup plus cher qu’ailleurs en Europe les frais liés aux rejets de prélèvement. Quitte à fragiliser des personnes déjà en difficultés financières. Une pratique que les associations des usagers des banques pointent du doigt.

Des fins de mois difficiles et plus assez d’argent sur votre compte pour régler vos factures d’électricité ou de téléphone par exemple ? Votre banque peut rejeter vos prélèvements automatiques et générer des frais bancaires, parfois à plusieurs reprises.

Une méconnaissance fréquente des clients lucrative pour les organismes bancaires. En 2018, sur les 4 milliards de prélèvements, 1,7% ont fait l’objet d’un rejet, facturé en moyenne 18 euros. Soit un pactole de 1,2 milliards d’euros pour les banques françaises.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles