Hausses d'impôts : 9 Français sur 10 pas touchés

Mis à jour le Publié le

Les nouvelles hausses d'impôts prévues dans le projet de budget pour 2013 épargneront neuf Français sur dix, a affirmé jeudi le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

"A revenus constants, neuf contribuables français sur dix ne seront pas concernés par les augmentations de fiscalité" supplémentaires, a-t-il dit sur France 2. "Je parle des mesures qui vont être dans le budget 2013", a-t-il précisé.

Selon Jean-Marc Ayrault, "ces mesures nouvelles épargnent les classes moyennes et les classes populaires".

Certaines hausses d'impôts déjà votées par la majorité de gauche, dont le gel du barème sur l'impôt sur le revenu, concerneront en revanche un nombre de contribuables beaucoup plus vaste.

Le chef du gouvernement, interrogé sur ces mesures fiscales qui touchent de nombreux Français, a esquivé, évoquant seulement les prélèvements qui figureront dans le projet de loi de finances présenté vendredi en Conseil des ministres.

"L'effort fiscal, il est réel", a-t-il reconnu, "il y aura un effort à faire". Mais "il est juste, le choix fiscal que nous faisons", a-t-il poursuivi.

Il a notamment rappelé la future tranche supérieure de l'impôt à 45% pour les revenus au-delà de 150.000 euros par part et le relèvement de l'impôt de solidarité sur la fortune qualifié de "mesure de justice".

Le Premier ministre a aussi assuré que l'alignement de l'imposition des revenus du capital sur celle des revenus du travail toucherait "une minorité de Français".

Quant à la "taxe exceptionnelle" à 75% pour les revenus d'activité au-delà d'un million d'euros "par personne", c'est un "acte patriotique" qui ne concernera qu'une "petite minorité", entre 2.000 et 3.000 contribuables, a insisté le chef du gouvernement.

Le projet de loi de finances pour l'année prochaine prévoit un effort historique de 30 milliards, dont 20 milliards de nouveaux impôts à charge des ménages et des entreprises, afin de ramener le déficit public français à 3% du produit intérieur brut fin 2013.

À suivre aussi

«Je veux bien tous les jours me faire appeler président des riches, je ne le suis pas et je ne suis pas le défenseur de qui que ce soit», a déclaré Emmanuel Macron.
Gouvernement Emmanuel Macron réaffirme qu'il n'est «pas le président des riches»
Emmanuel Macron en visite à Dunkerque le 20 janvier 2020. [Denis Charlet / POOL/AFP]
Politique Moisson d'investissements pour Emmanuel Macron et le gouvernement, qui accueillent 200 patrons du monde entier
Photo d'illustration de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, prise en juin 2019.
Ile-de-France Roissy-Charles-de-Gaulle : 60 maires demandent à l'Etat de «stopper l'agrandissement de l'aéroport»

Ailleurs sur le web

Derniers articles