La Nasa veut envoyer un mini-hélicoptère sur Mars

Par
Mis à jour le Publié le

La Nasa a annoncé vendredi sa volonté d’expédier, en 2020, un mini-hélicoptère sur Mars afin d'approfondir la connaissance de la planète rouge.

D’un poids inférieur à 1,8 kg «The Mars Helicopter» est un engin miniature, à peine plus gros qu’une balle de baseball, proche d’un drone.

Cet engin voyagera de la Terre à la planète Mars en compagnie du rover «Mars 2020», un robot monté sur roue qui sera chargé d’étudier l’habitabilité de la planète rouge, chercher des traces d’une ancienne vie, évaluer les ressources naturelles et les éventuels dangers pour de futurs explorateurs humains. Leur lancement est prévu pour juillet 2020 et leur arrivée pour février 2021.

Le projet, lancé en 2013 par le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la Nasa, nécessite un engin léger, mais très puissant. De fait, «l'altitude record atteinte par un hélicoptère sur Terre est d'environ 40.000 pieds», soit plus de 12.000 mètres, a relevé Mimi Aung, cheffe de projet du Mars Helicopter au JPL, citée par l’AFP.

«Crucial pour les futurs explorateurs»

Or, selon elle, «l'atmosphère de Mars est seulement 1% de celle de la Terre donc quand notre hélicoptère est à la surface de Mars, il se trouve déjà à un équivalent sur Terre de 100.000 pieds (30.500 mètres)».

Le mini-hélicoptère, équipé de «panneaux solaires pour recharger ses batteries lithium-ion et d'un dispositif de chauffage pour le garder au chaud pendant les froides nuits martiennes», sera piloté depuis la Terre, avec un léger décalage, a précisé la Nasa.

Ce projet est, aux yeux de la Nasa, «une prouesse technologique à hauts risques et à grandes retombées». «La capacité de voir clairement ce qu’il y a derrière la prochaine colline est cruciale pour les futurs explorateurs», explique ainsi Thomas Zurbuchen, un responsable de la Nasa cité par l’AFP. «Nous disposons déjà de vues superbes de Mars depuis la surface mais aussi en orbite. Avec la nouvelle dimension d'une vue aérienne grâce au "marscopter", nous ne pouvons qu'imaginer ce que les missions pourront accomplir à l'avenir», a-t-il poursuivi.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles