Londres devra régler la facture du divorce même en cas de «no deal»

Par
Mis à jour le Publié le

Les Britanniques devront régler la facture du divorce avec l'UE même en cas de Brexit sans accord, a insisté le négociateur en chef européen Michel Barnier dans un entretien à plusieurs journaux européens publié mercredi.

«Nous avons toujours dit une chose simple : la totalité des engagements du Royaume-Uni tant que le pays est membre de l'UE seront respectés», même s'il «sera plus difficile de les faire respecter en cas de no deal», affirme M. Barnier, dans cette interview au quotidien français Le Monde publiée également par Rzeczpospolita (Pologne) et le Luxemburger Wort (Luxembourg).

L'accord négocié âprement entre Londres et Bruxelles et rejeté à une très large majorité par le parlement britannique prévoit notamment le règlement des engagements pris par le Royaume-Uni dans le cadre du budget pluriannuel en cours (2014-2020), qui couvre également la période de transition prévue par l'accord.

Le texte ne donne pas de chiffres pour la facture, mais une méthode de calcul. Le gouvernement britannique a avancé un montant compris entre 40 et 45 milliards d'euros, des chiffres non confirmés du côté de l'UE.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles