Biens juifs : une marche de l'extrême droite polonaise contre la loi américaine 447

Par
Mis à jour le Publié le

Les élections européennes approchent et les mouvements nationalistes adoptent pour beaucoup un discours anti-migrants. En Pologne, la coalition des partis extrémistes a également comme cheval de bataille une question à laquelle se heurtent tous les gouvernements successifs depuis la chute du mur de Berlin : la restitution des biens confisqués aux Juifs durant la seconde guerre mondiale. Une revendication qui fait parler de leur mouvement et doit leur permettre de récupérer des voix venant de la droite.

Dans les rues de Varsovie, des centaines de nationalistes ont manifesté samedi contre l’ACT 447. Cette loi américaine veille à l’application d’un texte signé en 1960 entre la Pologne et les Etats-Unis, qui rend obligatoire la restitution des biens appartenant aux Juifs polonais, saisis durant la Seconde Guerre mondiale.

Pour ces manifestants, la Pologne était une victime lors du conflit. Selon eux, indemniser les survivants de la Shoah serait une sanction infligée à leur pays.

La Pologne est le seul pays de l’Union européenne à ne pas prévoir de restitution des biens juifs. Or, une telle opération coûterait 300 milliards de dollars (soit 267 milliards d'euros) en compensation financière. Avant 1939, plus de 3 millions de Juifs vivaient sur le sol polonais. Seuls 380.000 ont survécu à la Shoah.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles