Enlèvement des deux otages français : des zones d’ombres subsistent

Par
Mis à jour le Publié le

Quelles sont les zones d'ombres entourant la libération des ex otages au Bénin ? La région était-elle réellement en zone rouge ? Le parc national de la Pendjari, au nord du Bénin, était-il déconseillé aux touristes français lorsque Patrick Picque et Laurent Lassimouillas ont été enlevés le 1er mai ?

Pas entièrement, puisque seule la zone frontalière avec le Burkina Faso était classée en zone rouge, formellement déconseillée, alors que le reste était en orange, déconseillé sauf raison impérative. L’hôtel où résidait les deux Français se situait vraisemblablement en zone orange au moment de leur enlèvement.

Si on ne connaît pas le lieu exact de leur enlèvement, les deux touristes auraient néanmoins fait une excursion dans un espace proche de la frontière avec le Burkina Faso. C’est dans ce secteur, classé en zone rouge, que le corps du guide qui les accompagnait a été retrouvé.

Depuis cet enlèvement, les autorités ont étendu la zone rouge sur l’ensemble du parc. Aujourd’hui, le mystère plane toujours sur l’identité des ravisseurs. Très peu de détails ont filtré sur les deux autres otages libérés avec les Français.

Si le visage et le nom de la ressortissante sud-coréenne sont connus, aucune information n’a été communiqué concernant l’ex-otage américaine. Elle a été prise en charge indépendamment et est pour l’instant cachée par les autorités de son pays.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles