Chili : le président demande «pardon» et annonce des mesures sociales

Par Fanny Weil -
Mis à jour le Publié le

Le changement de ton est radical. Après cinq jours de violences au Chili, le président a demandé pardon à ses concitoyens.

Augmentation du minimum retraites, gel des tarifs de l'électricité, Sebastian Piñera a également annoncé plusieurs mesures. Un virage social pour apaiser les Chiliens. Car, depuis vendredi, ils étaient des milliers à manifester contre une hausse du prix du ticket de métro d'abord, mesure suspendue par la suite sans mettre fin aux émeutes. D'autres revendications sont apparues comme un meilleur accès aux soins et à l'éducation.

Dans la capitale, des stations de métro ont été saccagées. Presque toutes les écoles et universités sont restées fermées. Face à la situation tendue, le chef de l'Etat a décrêté l'état d'urgence et imposé un couvre-feu.

Quinze personnes avaient été tuées selon un bilan des autorités, mardi soir. Au total, 2.643 personnes ont été arrêtées depuis le début des manifestations.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles