Donovan Mitchell : «Lillard, Harden, Curry, Leonard... On les attend»

Par
Mis à jour le Publié le

Un duo explosif qui dunke à tout-va, une intersaison réussie avec des bonnes signatures et une progression linéaire depuis deux ans : les Utah Jazz seront l'une des équipes les plus intéressantes à suivre lors de la saison NBA 2019-2020. Donovan Mitchell, de passage à Paris lors d'un événement organisé par Adidas, est le visage de cette franchise avec Rudy Gobert, et voit d'ailleurs très grand pour le futur.

Vous répétez que l'objectif de l'équipe est de gagner un championnat. En quoi Utah est suffisamment spéciale pour y arriver ? 

Ce n'est pas que l'équipe, c'est l'organisation, les gens autour, le soutien que l'on a. Je pense que c'est incomparable avec le reste de la ligue. Nous avons les meilleurs fans de la NBA, et c'est un réel avantage que l'on ne considère pas comme acquis. Je l'ai senti sur mes deux premières saisons : ces fans sont incroyables. 

Vous êtes ce qu'on appelle un «petit marché» : une plus petite ville, avec moins de médiatisation et plus de difficultés à attirer les grands joueurs. Est-ce que vous pensez que c'est malgré tout possible d'obtenir le titre de champion ? 

Milwaukee a presque atteint les finales cette année, Golden State était un petit marché avant, Oklahoma City aussi... Vous n'avez pas besoin d'avoir un gros marché pour remporter le titre. La seule différence pour les joueurs, c'est ce que l'on peut faire tard le soir ! Que l'on soit gros ou petit ne nous intéresse pas. Négligé ou non, nous avons un travail à faire. Et je pense que l'on préfère tous être un peu oubliés.

Est-ce que vous pensez que vous pouvez déjouer les pronostics, comme Toronto cette saison ? 

Je pense que ces dernières saisons, nous avons déjoué un bon nombre de pronostics. Nous sommes passés d'une équipe de bas de tableau à une formation qui joue les play-offs deux années d'affilée. Mais maintenant, on ne veut pas se satisfaire de cela et passer le second tour.

Comment avez-vous vécu cette free-agency complètement folle ? 

C'est la première saison où je vois les choses vraiment changer. Nous avons sept nouveaux joueurs chez nous. Mais il y a eu beaucoup d'échanges et de signatures qui te sidèrent complètement, même lorsque l'on est joueurs.

Tout le monde a salué le bon recrutement de la franchise, avec les arrivées de Mike Conley et Bojan Bogdanovic. Vous en êtes satisfait ?  

Je suis très content d'avoir ces gars. Les deux sont des compétiteurs et sous-estimés. C'est très excitant de les avoir, et je pense que nous avons une vraie chance du moment que l'on se concentre sur nous-mêmes. Je pense qu'avec ces arrivées, nous sommes dans les favoris. Donc nous devons juste continuer à être concentrés sur ce qui nous guide, sur ce qui fait ce que nous sommes. Si nous venons avec un bon état d'esprit, que l'on fait la passe en plus, les bonnes stratégies, les choses vont arriver d'elles-mêmes.

Nous avons les meilleurs fans de la NBA, et c'est un réel avantage que l'on ne considère pas comme acquis. Je l'ai senti sur mes deux premières saisons : ces fans sont incroyables.Donovan Mitchell

Mike Conley vous renforce en particulier, il est considéré comme l'un des meilleurs meneurs de la ligue...

Oui, il va me permettre d'entrer plus facilement dans la raquette, c'est un créateur... Il va aussi me permettre d'apprendre énormément. Il a un gros caractère, et je vais pouvoir apprendre en tant que personne et en matière de leadership... Il n'a jamais eu une faute technique de sa carrière, c'est qu'il doit faire quelque chose correctement ! C'est une opportunité de devenir meilleur, de l'observer en me disant «ok, c'est comme cela qu'il procède, c'est comme cela qu'il est devenu l'un des meilleurs meneurs de la NBA...».

Avec vous et Conley, Utah à l'un des plus gros backcourt (arrière et meneurs, ndlr) de la ligue. C'est un challenge pour vous ?

Bien sûr. Damian Lillard, James Harden, Stephen Curry, Kawhi Leonard... On les attend. L'Ouest est devenu vraiment plus compétitif cette année, et l'on doit continuer à être nous-mêmes et à progresser. 

À suivre aussi

Basket Les 5 stars de la Coupe du monde de basket
Tony Parker est sorti indemne de la collision.
Basket Tony Parker victime d’un accident de la route
Sport Basket : les Spurs vont retirer le numéro 9 porté par Tony Parker

Ailleurs sur le web

Derniers articles