L'Insoumise Raquel Garrido s'explique sur le Snapchat de Jeremstar

Raquel Garrido se confie à Jeremstar sur Snapchat[Capture d'écran Snapchat]

La porte-parole de la France Insoumise, Raquel Garrido, a été accusée par le Canard enchaîné de ne pas avoir payé ses cotisations retraites. Elle s'est défendue jeudi soir sur le snapchat du blogueur Jeremstar, son collègue chroniqueur de l'émission «Salut les terriens!», sur C8. 

Elle ne s'était pas officiellement exprimée sur la question. Dans son édition de mercredi, le journal accusait l'Insoumise et avocate de profession d'avoir «oublié de payer ses cotisations sociales à la caisse de retraites des avocats depuis six ans». Le montant de cet oubli atteindrait plus de 32.000 euros. 

Le barreau de Paris a indiqué mercredi 4 octobre que Raquel Garrido a convenu d'un échéancier pour payer ses cotisations auprès de l'Ordre des avocats. La Caisse nationale des barreaux français (CNBF), l'organisme des pensions de retraite des avocats, a pour sa part qualifié d'«inexactes» les informations mettant en cause l'avocate. 

«Je ne suis pas une actrice de téléréalité»

Sur le Snapchat de Jeremstar, Raquel Garrido se défend comme elle peut. Lorsque le jeune homme la taquine sur ses cotisations retraite, elle lui répond que «l'intrusion de la vie privée est peut-être habituelle dans la téléréalité mais pas dans le quotidien, et c'est pas forcément justifié». Ajoutant : «Je ne suis pas une actrice de téléréalité». 

Selon elle, ce n'est pas la première fois que le Canard enchaîné diffuse de fausses informations sur elle. «C'est la cinquième fois». Selon la porte-parole «C'est moins drôle de dire du mal de moi que de dire du mal de ceux qui disent du mal de moi» (...) Les vermines, vous connaissez pas le Canard enchaîné.»

Une sortie qui a beaucoup amusé Jeremstar, qui utilise le mot «vermine» pour désigner ses admirateurs. «J’adore, je me rends compte que la Raquel, elle est "Jeremstarisée".», s'ésclaffe-t-il.

En justifiant que sa caisse de retraite a répondu au Canard enchaîné, elle admet avoir parfois des problèmes d'argent: «Evidemment, des fois on est à découvert, comme toute la France. Les gens normaux ne sont pas blindés de thunes». 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles