«Illettrisme numérique» : un quart des français n’est pas à l’aise avec Internet

Six personnes sur dix de plus de 70 ans sont confrontées à des difficultés. [© J.Rowley/Moodboard/Rex/SIPA]

La fracture numérique divise toujours. Près d’un quart des Français (23 %) ne s’estime «pas à l’aise» lorsqu’ils doivent utiliser la technologie et en particulier naviguer sur Internet.

Une étude CSA, publiée mardi 26 juin pour le compte du syndicat de la presse sociale, pointe «l’illectronisme» d’une partie de l’Hexagone. Ainsi, 16 % des sondés déclarent par exemple bouder le Web, ne s’y rendant jamais ou, au mieux, moins d’une fois par semaine, tandis que 7 % trouvent que la navigation est difficile.

Pour Philippe Marchal, président du syndicat, il y a «une nouvelle forme de fracture sociale dont il convient de prendre conscience». Cet «illettrisme» numérique touche même six personnes sur dix lors­qu’elles sont âgées de plus de 70 ans. Une proportion non négligeable alors que, dans le même temps, les opérateurs annoncent que 90 % des Français possèdent une connexion à Internet, ainsi qu’un appareil (smartphone, ordinateur, tablette) pour surfer sur le Web. Ce taux d’équipement élevé ne reflète donc pas vraiment un réel attrait pour les nouvelles technologies.

Un tiers d'«abandonnistes»

L’étude met en avant le cas des «abandonnistes», ces Français (32 %, selon le sondage) qui reconnaissent avoir déjà renoncé, au cours des douze derniers mois, à faire quelque chose parce qu’ils devaient utiliser Internet. Préparer ses vacances et faire des démarches administratives seraient les usages les plus compliqués, selon eux. Si la moitié des abandonnistes avouent se sentir en décalage avec leur entourage, la majorité cherche en revanche à progresser, voire à se faire aider, notamment par un proche.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles