Censure : des ONG pressent Google de ne pas céder à la Chine

Google développe actuellement un moteur de recherche adapté aux exigences de censure de Pékin. [JOSH EDELSON / AFP]

Plusieurs ONG et organisations de défense des droits de l'homme ont demandé ce mardi à Google de renoncer à son projet de moteur de recherches compatible avec la censure exercée en Chine.

Ce projet d’un moteur de recherche adapté à la censure de Pékin, baptisé «Dragonfly», «représenterait une capitulation alarmante de Google concernant les droits de l’homme», écrivent quatorze associations, parmi lesquelles Amnesty International, Human Right Watch ou encore Reporters sans frontières, dans une lettre ouverte.

Google avait choisi de retirer son moteur de recherche du marché chinois en 2010, en raison de la censure et à la suite nombreuses cyberattaques. Nombre de ses services y sont encore bloqués.

Pourtant, dans le but de se réinstaller en Chine et malgré de nombreuses critiques, parfois au sein même du groupe, Google teste actuellement un moteur de recherche conforme aux exigences de Pékin.

«Google risque de devenir complice du gouvernement chinois dans la répression de la liberté d’expression», préviennent ces associations dans leur lettre.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles