Metro Exodus : un voyage viscéral au bout de l’enfer

En lançant sa saga littéraire Metro en 2005, l’écrivain russe Dmitry Glukhovsky a su fonder une mythologie épique autour d’un monde post-apocalyptique. Portée sur consoles et PC par le studio 4A Games, la franchise revient dans un troisième opus baptisé Metro Exodus.

Un épisode qui s’échappe de l’univers claustrophobique auquel les précédents titres nous avaient habitués, pour envoyer son héros Artyom et ses camarades parcourir le territoire de la mère Russie, ravagée par les radiations et les mutants. Après avoir arpenté les tunnels du métro moscovite, ces survivants du futur suivront le chemin d'une voie ferré, à bord d'une locomotive à vapeur.

Dans ce nouveau jeu de tir, il est toujours question de survie et l’ambiance y est encore plus viscérale. Sur près de 30 heures, 4A Games déroule un récit horrifique qui ne lâche jamais le joueur, plongé dans un univers de rouille et de neige. Le stress reste omniprésent et toute sortie dans ce monde hostile oblige à compter ses munitions et à gérer son matériel de survie avec parcimonie, face à un bestiaire sans aucune pitié.

metro-exodus-5.jpg

Il est d'ailleurs intéressant de relever l'effort apporté par les développeurs autour de la variété du gameplay et des décors proposés. Aux longs tunnels des deux premiers opus, Metro Exodus apporte un sentiment de liberté mieux étudié. Ainsi, les ennemis n'apparraissent pas nécessairement aux mêmes endroits.

Et après un game over singlant, on ne pourra pas visiter les mêmes lieux en anticipant l'arrivée de mutants, qui pourront préférer rester dans l'ombre un peu plus longtemps pour étudier leurs proies. Cette donnée oblige donc le joueur à rester sur le qui-vive en permanence.

metro-exodus_1.jpg

Parallèlement, 4A Games a travaillé l'ambiance de chaque place visitée. La guerre n'est donc plus seulement dans les bas-fonds de Moscou, elle est totale. Et les villes, traversées par ce train de l'enfer, livrent chacune une histoire déchirante, à travers les récits de ses survivants.

Graphiquement époustouflant et crédible, Metro Exodus est avant tout porté par une histoire angoissante à souhait, qui invite à emprunter un chemin sans retour. Un véritable voyage au bout de l’enfer.

Metro Exodus, Deep Silver/Koch Media, sur Xbox One, PS4 et PC.

À suivre aussi

jeux vidéo Ring Fit Adventure : on l'a testé en extrême durant près d'un mois et on a vraiment sué
jeux vidéo Une première bande-annonce de folie pour la version PC de Red Dead Redemption 2
La marque est sous le feu des critiques
esport Blizzard bannit 3 joueurs professionnels d'Hearthstone pour leur position sur Hong Kong

Ailleurs sur le web

Derniers articles