Les créateurs de mèmes sur Internet créent un syndicat

Les mèmes internet se présentent sous la forme d’une image décalée accompagnée d’un texte humoristique ou sarcastique, écrit en lettres majuscules et en gras. Selon les plaignants, les mèmes Internet représentent du travail. [@Unionizedmemes / Instagram]

Les créateurs de mèmes sur Instagram en ont assez. Ils réclament une reconnaissance de leur travail, trop sous-estimé selon eux.

Bien qu’ils génèrent un certain taux d’engagement, qui permet de maintenir la croissance d’Instagram, les organisateurs du collectif «IG Meme» affirment que la plate-forme, qui vaut désormais plusieurs milliards de dollars, ne les rémunères pas pour leur travail, et ne leur donne aucun contrôle sur leur production.

Pour rappel, les mèmes internet se présentent souvent sous la forme d’une image décalée accompagnée d’un texte humoristique ou sarcastique. Ils peuvent se décliner également sous la forme de vidéo ou de GIF.

Par exemple, Tardar Sauce, alias «Grumpy Cat», est une chatte américaine célèbre sur Internet, devenue un mème incontournable en raison de son expression faciale boudeuse.

Le Syndicat national du travail ne reconnaîtra probablement jamais le syndicat IG Meme, mais les organisateurs disent qu'il peuvent toujours agir à toute fin utile. «Nous appelons cela un syndicat et appliquons des tactiques d’organisation syndicale», a expliqué Paul Praindo, représentant du comité d’organisation.

«Ils ne sont pas reconnus pour leur travail»

De même, l'IG Meme Union, qui accepte actuellement les candidatures via un formulaire en ligne, espère négocier de meilleures conditions de travail pour les membres qui affirment être exploités depuis trop longtemps par Instagram et d'autres plateformes technologiques. «Les gens travaillent beaucoup, le font gratuitement ou sans compensation, ou ne sont pas reconnus pour leur travail», a déclaré Praindo. «Toutes ces personnes génèrent des revenus sur Instagram, générant cette marge bénéficiaire importante pour cette société, et sont soumises à une sécurité d'emploi très faible.»

Instagram suit le même modèle commercial que Facebook, YouTube, Twitter et d'autres plateformes sociales. Le service lui-même est libre d'utilisation, mais la plateforme monétise le contenu qui lui est posté pour vendre des annonces basées sur des métadonnées attachées à ce contenu. Les utilisateurs eux-mêmes, à savoir ceux qui publient les photos, les vidéos et les mèmes qui incitent les utilisateurs à revenir sur l’application, n’obtiennent pas une part de ces revenus.

«Le but est de protéger les autres créateurs de contenu»

«En tant que créateurs de contenu, nous voulons bénéficier de la protection des travailleurs», a déclaré Praindo. «Même si vous produisez des images amusantes de Shrek, cela ne devrait pas permettre de déterminer si pouvez être pris au sérieux en tant que créateur… Nous sommes une même union ; le but est de protéger les autres créateurs de contenu.»

Instagram a refusé de dire explicitement s'il soutenait le syndicat. Au lieu de cela, un porte-parole de la société a déclaré : «Nous écoutons toujours les commentaires de la communauté». «Nous sommes heureux d’avoir les retours afin que nous puissions nous améliorer. Entendre ces préoccupations nous est utile.»

L'IG Meme Union souhaite notamment la mise en place d'une ligne d'assistance directe avec Instagram ou une liaison dédiée avec la communauté mème, et une meilleure façon de s’assurer que le contenu original n’est pas monétisé par quelqu'un d’autre. 

Jusqu’à présent, le message du syndicat a été bien accueilli par la communauté des mèmes au sens large. Les administrateurs de comptes comptant des millions d’abonnés ont déclaré soutenir les efforts du groupe et se montrer solidaires avec eux. «Je pense que le syndicat est une bonne chose», a déclaré Sonny5ideUp, un membre avec plus d'un million d'abonnés sur Instagram. Jackson Weimer, un écrivain de Meme Insider, qui a également créé plusieurs pages de mèmes pour Instagram, a déclaré qu'il pensait que le syndicat était une «bonne idée» et un moyen nécessaire pour qu'Instagram prenne enfin au sérieux les mèmes.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles