Faire le signe V avec les doigts sur les photos est-il vraiment dangereux ?

Ce geste anodin peut en réalité permettre à des cybercriminels de récupérer les empreintes digitales. [ASHRAF SHAZLY / AFP]

C'est une pratique des plus courantes, anodine en apparence, mais qui peut avoir des conséquences fâcheuses. Un récent rapport en cybersécurité conseille fortement d'éviter de faire le signe «V» (Victoire) avec ses doigts sur ses photos. En le faisant, on prendrait le risque de se faire voler ses données personnelles.

Comme l'explique ce nouveau rapport, cité par le journal Global Times, grâce aux progrès de l'informatique et de la photo, les cybercriminels peuvent en effet récupérer les empreintes digitales, si elles sont visibles, des personnes exposées, et ainsi usurper leur identité.

Avec un gain de netteté et de pixels des appareils photos inégalée, il est possible aujourd'hui de reconstituer 100 % des empreintes si la photo a été prise à moins de 1,5 mètre de distance et jusqu’à 50 % si le cliché a été réalisé à 3 mètres, précise Capital.

Concrètement, après avoir récupéré les données sensibles, les malfaiteurs peuvent ensuite déverrouiller certains types de systèmes de protection basés sur la reconnaissance digitale (comme c'est le cas pour les smartphones notamment) en se faisant passer pour le propriétaire de l'appareil convoité.

Reste que pour accomplir jusqu'au bout leur mauvais coup, les malfrats doivent avoir accès physiquement au capteur de reconnaissance digitale.

Le risque de la mémoire infinie du Web

Un soulagement sans doute, mais à relativiser, car ces données biométriques peuvent rester à vie sur le Web, quitte à faire l'objet d'un commerce au marché noir.

Un scénario digne d'un film d'action ou d'espionnage mais qui peut bel et bien se produire dans la vraie vie.

Comme le rappelle le journal Le Bien Public, en 2014, un hacker allemand du nom de Jan Krissler avait ainsi réussi à copier l'empreinte digitale de Ursula von der Leyen, alors ministre de la Défense, en exploitant des photos publiques haute définition.

Aujourd'hui la politicienne allemande est présidente de la Commission européenne. En de mauvaises mains et avec les moyens nécessaires, on n'ose imaginer à quoi pourraient servir ces données... 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles