CES 2020 : il se moque du salon high-tech avec une patate connectée

[© Nicolas Baldeck/Twitter]

C'est fou tout ce que l'on peut obtenir au CES avec un budget de 4.000 dollars en poche. Le jeune français Nicolas Baldeck a réussi à ouvrir un stand pour présenter une patate connectée... et railler le nombre incroyable d'objets inutiles du plus grand salon high-tech au monde.

Si les organisateurs du salon s'en amusent sûrement moins, l'idée a bien fait rire les visiteurs et les journalistes présents. Venu sur place à Las Vegas, Nicolas Baldeck a donc présenté très officiellement son POTATO. Et il faut dire que ce jeune homme a bien fait les choses pour convaincre les incrédules avec sa technologie.

Il définit ainsi son objet connecté, comme une pomme de terre intelligente, dont on peut surveiller la santé en lui posant des questions, comme avec les assistants virtuels Siri ou Alexa. POTATO est même accompagné de sa propre application mobile et fonctionne avec l'antenne, munie d'une carte électronique, plantée au cœur du tubercule, alimentée grâce à son acidité... L'appli révèle alors un petit dessin symbolisant le légume et une bulle à la manière d'une BD pour partager ses réponses.

patate_connecte_ces_2020_potato_5e184d9c8d632.jpg

Le jeune home affirme toutefois avoir bien développé un vrai système. «L'application mobile est programmée pour interpréter ces chiffres. Les différentes valeurs correspondent à des émotions ou à des réponses bien définies. Il ne s'agit donc pas d'une application aléatoire. Toutes les informations résultent bien des signaux électriques captés au sein de la patate», précisie-t-il sur son compte Twitter.

Un projet qui fait d'ailleurs l'objet d'une campagne de financement participatif sur Indiegogo, où le jeune homme espère récolter 27.000 euros. Manière également de rembourser ses frais. Nicolas Baldeck affirme que son stand lui a coûté 1.000 dollars (environ 900 euros), auxquels il faut ajouter 3.000 dollars (2.700 euros) de voyage et de frais d'hébergement. Interrogé par le site Les Numériques sur son périple, le jeune homme témoigne  : «Avant, quand vous alliez au Hall of Fame du CES (l'endroit où sont regroupées toutes les innovations primées par le salon), vous aviez de vraies innovations : le Walkman, le DVD, etc. En revanche, quand certains ont commencé à dire 'je mets une puce Bluetooth et ça devient une innovation', là je suis devenu sceptique. Je ne suis pas venu avec ma Smart Potato pour me moquer, mais davantage pour apporter un point de vue nouveau.» Avant de poursuivre : «Croyez-le ou non, ce n'est pas que du buzz, c'est une vraie technologie.»

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles