Vizeat, une plate-forme pour dîner chez l’habitant

Dîner chez l'habitant, en trois clics Un dîner chez l'habitant, en trois clics[Vizeat ]

Quel est le meilleur moyen de découvrir un pays, une région, une ville ? En côtoyant les autochtones, bien sûr. Lancée l’été dernier, la plate-forme VizEat va encore plus loin.

 

«A l’heure où tout le monde parle de réseaux sociaux, pour nous, le premier réseau social, c’est la table, et il est né il y a des dizaines de milliers d’années», souligne le cofondateur, Jean-Michel Petit.

S’appuyant sur le principe de l’économie collaborative, VizEat met ainsi en contact hôtes et voyageurs pour partager un dîner chez l’habitant, fait maison, et savourer du bout de sa fourchette la culture du pays.

 

Des rencontres au menu

Le principe est simple. Sur le site, il s’agit de choisir une ville, un hôte, d’échanger avec lui et de prendre date. Et le choix ne manque pas, que ce soit en France (Paris, Marseille, Bordeaux, Lyon…) ou dans le monde. La plate-forme compte plus de 1 500 hôtes dans plus de 50 pays.

Parmi eux, le Canada, l’Italie, l’Espagne, l’Inde, la Belgique, et  récemment la Nouvelle-Calédonie. Une expérience authentique qui se veut accessible et tout public. Etudiants, familles ou seniors, chacun trouvera menu à son goût : du repas végétarien à 1 € à Barcelone, au menu très new-yorkais (salade de saison, ribs, cream cheese brownies) pour 75 €, en passant par un dîner vin, charcuterie et fromages à Bordeaux pour 15 €.

Plus qu’un dîner, les hôtes réservent surtout un moment convivial. «Ces expériences font des convives non pas des touristes mais des voyageurs», souligne Jean-Michel Petit. Et la différence est de taille. Car c’est au contact des locaux que l’on bénéficie des meilleurs conseils pour découvrir les lieux insolites, loin des informations utiles mais formatées des points de renseignements. Une formule qui essaime. La version espagnole vient d’être lancée, l’allemande devrait voir le jour d’ici à juillet. De quoi y prendre goût.

Vous aimerez aussi

La carcasse d'un rhinocéros blanc abattu par des braconniers pour récupérer ses cornes, dans le parc national Kruger, en Afrique du Sud, le 21 août 2018.  [WIKUS DE WET / AFP/Archives]
biodiversité En Afrique, le braconnage inquiète les professionnels du tourisme
De jeunes Nigérians font des selfies dans les collines d'Idanre, dans le sud-ouest du Nigeria, le 25 août 2018 [Florian PLAUCHEUR / AFP]
Tourisme Au Nigeria, les vacances «Instagram» pour découvrir le pays
Des clients regardent un match de football dans un bar à Grand-Case, le 28 février 2018, sur l'île de Saint-Martin [Lionel CHAMOISEAU / AFP/Archives]
Antilles Le tourisme se relance doucement à Saint-Martin un an après Irma

Ailleurs sur le web

Derniers articles