The Promised Neverland : un manga à suspense à ne pas manquer

[© 2016 by Kaiu Shirai, Posuka Demizu/SHUEISHA Inc.]

Lancé en grande pompe par l'éditeur Kazé en France, avec un tirage à plus de 100.000 exemplaires, The Promised Nerveland entend s'imposer auprès des amateurs de mangas.

Il faut souligner que le titre se lance cette semaine sur le marché français avec une aura peu commune pour une bande dessinée japonaise. En seulement huit tomes commercialisés au pays du Soleil-Levant depuis 2016, ce shônen haletant s'y est écoulé à plus de 2 millions d'exemplaires.

promised_neverland_2.jpg

© 2016 by Kaiu Shirai, Posuka Demizu/SHUEISHA Inc.

The Promised Neverland invite à découvrir Grace Field House. Un orphelinat cossu où les enfants se sentent épanouis au contact de leur mère de substitution, Isabella. Cette vie tranquille va toutefois basculer, le jour où les jeunes Emma, Ray et Norman découvrent que leur éducation sans reproche a été conçue pour les préparer à un funeste destin... Dès lors, ce trio s'engagera à échafauder un plan d'évasion sans précédent.

Encore méconnus, le duo Kaiu Shirai, au scénario, et Posuka Demizu, au dessin, dont il s'agit de la première œuvre populaire, s'attèle ici à offrir un récit mêlant habilement les genres. Du roman horrifique, la série s'inspire également des scénarios d'évasion, sur fond de mysticisme et de peurs enfantines. Surtout, ce tandem d'auteurs parvient à contourner les codes pourtant très établis du shônen (manga pour adolescents principalement pensé pour les garçons).

En faisant le choix de placer une héroïne, Emma, sur le devant de la scène et en orientant son monde loin de l'univers carcéral, tout en en conservant les composantes (huit-clos, sentiment d'oppression, portes fermées...), l'histoire de cette œuvre s'inscrit dans la logique des romans à suspense. Il est en effet difficile de ne pas lire ce premier tome prometteur d'une seule traite, grâce à de multiples rebondissements savamment dosés.

Un récit original récompensé au Japon

Et si certaines planches semblent moins travaillées, les dessins de Posuka Demizu portent avec fougue l'ambiance pesante et sombre qui s'installe au fil des pages. Rares sont les mangas à apporter une certaine originalité au genre. Et si «L'Attaque des Titans» (Pika éditions) a su démontrer au public japonais et occidental que l'on pouvait proposer des récits plus matures à la nouvelle génération, The Promised Neverland poursuit courageusement dans cette voie. Un travail original qui n'a pas manqué d'être primé au Japon, puisque The Promised Neverland a été honoré du prestigieux prix Shogakukan du meilleur shônen 2017.

The Promised Neverland, de Kaiu Shirai (scénario) et Posuka Demizu (dessin), éd. Kazé, tome 1 disponible (série en cours), 6,79 euros.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles