France – Publié le 22 septembre à 11:00 – Mis à jour le 25 septembre 2017 à 16:45

Les agriculteurs bloquent les Champs-Élysées

Les agriculteurs bloquent les Champs-Élysées «
Play

Danièle Obono : « On détricote un acquis...

»
Play

Les dégâts de l'ouragan Maria en Républi...

250 agriculteurs en colère, répondant à l'appel de la FNSEA, ont bloqué l'accès aux Champs-Elysées ce vendredi matin pour protester contre l'interdiction du glyphosate, un des pesticides les plus couramment utilisé en France.

Ils sont arrivés à l’aube sur les Champs-Élysées ce vendredi matin. 250 agriculteurs ont répondu à l’appel de la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles) et mené une opération coup de poing sur la plus belle avenue de Paris pour protester contre l’interdiction du glyphosate, un pesticide parmi les plus couramment utilisé en France mais dont l’utilisation pose question. À l’angle des Champs-Élysées et de l’avenue de Marigny, les 250 agriculteurs ont ainsi déversé plusieurs kilos de paille sur la chaussée avant de s’allonger dessus, tout vêtus de noir.

Considéré comme dangereux pour l’environnement, le glyphosate pourrait être interdit prochainement dans les cultures françaises, selon la volonté du ministre de l’Écologie, Nicolas Hulot. Les agriculteurs dénoncent un double langage de la part du gouvernement qui autorise l’importation en France de produits traités avec des herbicides tels que le glyphosate alors que son utilisation pourrait être interdite dans toutes les exploitations françaises. ‘’Il faut rappeler aux Parisiens que le glyphosate est certainement le produit le plus écolo actuellement au quotidien’’, ont fait valoir les agriculteurs présents ce vendredi matin.

Plus largement, les agriculteurs protestent contre le manque d’aides du gouvernement et la précarité de leur situation. « On voudrait sensibiliser les citoyens (…) si on ne réagit pas et qu’on ne prend pas conscience qu’il faudra, à un moment donné, soutenir l’agriculture française, elle va disparaître (…) et on aura recours massivement à des importations de produits cultivés dans des conditions phyto-sanitaires bien plus déplorables que les nôtres », avertit Damien Greffin, agriculteur dans l’Essonne

Article écrit par C.C