Grèce – Publié le 03 décembre à 11:23 – Mis à jour le 03 décembre 2015 à 16:27

La Grèce critiquée par l'Europe sur la gestion de la crise migratoire

La Grèce critiquée par l'Europe sur la gestion de la crise migratoire «
Play

Calais : le Défenseur des droits saisi a...

»
Play

Etat d'urgence: un imam interdit de fréq...

La Grèce critiquée par l'Europe sur la gestion de la crise migratoire

La Grèce est accusée par ses partenaires de faire preuve de laxisme dans la surveillance de ses frontière et la gestion de flux migratoires, mettant en péril l'existence même de l'espace Schengen. Des critiques rejetées par le gouvernement grec.

Déjà empêtrée dans une crise budgétaire interminable, la Grèce voit ses relations avec ses partenaires européens se ternir sur la question migratoire. Selon le Financial Times, Athènes fait perdre patience aux Européens, qui lui reprochent sa gestion de l'afflux de migrants.

Selon le quotidien économique, qui se base sur des sources officielles européennes, l'Union européenne s'agace des réticences de la Grèce à accepter une aide extérieure dans la gestion de la crise migratoire. Placé sur la route des réfugiés entre la Turquie et la Balkans, la Grèce s'oppose notamment au déploiement le long de la République de Macédoine d'une mission spéciale de Frontex, l'agence européenne de surveillance des frontières, au motif du respect de sa souveraineté nationale.

Le Financial Times note également que la Grèce a refusé 300 machines Eurodac, pour enregistrer et stocker les empreintes digitales des migrants.

Incompréhension du côté du gouvernement grec ce mercredi. Le ministre de la politique migratoire Ioannis Mouzalas a contesté ce chiffre: "la vérité est que nous en avons demandé 100 et que que nous en avons reçu 25 de l'UE et 17 de l'Allemagne".

"Il y a des États-membres qui croient à tort que le flux de réfugiés peut être contrôlé par la Grèce", a déclaré le ministre, qui appelle plutôt ses partenaires à contrôler les flux "à partir des côtes turques". Il rappelle en outre que la Grèce a organisé des renvois de migrants vers le Pakistan et la Turquie mais "qui n'ont pas été acceptés".

Menaces sur Schengen

Les Européens mettent la pression sur Athènes, l'invitant à durcir les contrôles de ses frontières d'ici le Conseil européen des 17 et 18 décembre.

Nous avons deux semaines pour réaliser des progrès tangibles sur le terrain. (Commission européenne)

En coulisses, la possibilité d'une exclusion de la Grèce de l'espace Schengen est régulièrement évoquée. Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, dont le pays assure la présidence du Conseil de l'Union européenne, l'a rappelé lors de sa récente visite à Athènes, selon le Financial Times.

La menace pourrait même concerner l'espace Schengen dans son ensemble, selon le quotidien économique qui s'est procuré un document de travail de la réunion des ministres européens de l'Intérieur qui se tient ce vendredi 4 décembre.

Le document pointe de "graves déficiences" à la frontière grecque, qui mettent en péril la stabilité de l'espace de libre-circulation, en vigueur depuis 20 ans. Le rétablissement de contrôles entre États membres pourrait s'étendre sur deux années.

Article rédigé par la rédaction web de CNews (avec agences) - Photo : Des réfugiés arrivent sur l'île de Lesbos le 22 octobre 2015 (Aris Messinis / AFP)