Le Vatican accueille son premier hackathon

Des étudiants originaires de plus de 60 pays ont participé à ce rendez-vous. [© DR]

Le Saint-Siège écrit aujourd’hui la «solidarité numérique» de demain. 120 étudiants, originaires de soixante pays et de huit confessions religieuses différentes, ont participé au premier hackathon de l’histoire du Vatican, le week-end dernier.

Tous ont imaginé ce que la technologie pouvait apporter autour de trois thèmes : l’inclusion sociale, les réfugiés et le dialogue interreligieux. L’événement, organisé par le Vatican, le MIT et Harvard, a permis de voir émerger des solutions utilisant les réalités virtuelle et augmentée, ainsi que la technologie blockchain (utilisée notamment pour les cryptomonnaies). A noter, les sociétés Google, Microsoft et Telecom Italia (Groupe Vivendi) comptaient parmi les partenaires de ce hackathon inédit.

hackathon_au_vatican_3.jpg

© Christophe Agnus

Chaque équipe a eu 36 heures pour préparer une ébauche de leur plan. Le jury a retenu divers projets parmi 24 proposés. A commencer par une plate-forme connectée permettant à des sans-abri de trouver de petits jobs (ménage, jardinage…). «Les sans-logis y sont notés par les demandeurs du service et peuvent obtenir en contrepartie des bons d'achats valorisés dans des enseignes», précise Christophe Agnus, mentor, membre du jury et directeur des nouveaux projets chez Vivendi Content.

Afin de favoriser le dialogue entre les religions, une équipe a notamment proposé un service permettant de rencontrer des personnes sans indiquer sa confession. L'idée étant de rapprocher des personnes catholiques, musulmanes, juives, bouddhistes... en chassant les a priori.

hackathon_vatican_2.jpg

© Christophe Agnus

La question des réfugiés a également donné lieu à une idée ambitieuse permettant à un migrant de construire sa crédibilité dans un pays d'accueil pour soutenir son intégration. «Dès que cette personne fait une activité, rend un service, aide; celle-ci peut être notée pour montrer qu'elle est exemplaire», ajoute Christophe Agnus. Cette plate-forme serait basée sur le constat selon lequel les migrants sont plus connectés qu'on ne le croit, la majorité étant équipée de mobiles, affirme l'équipe en charge de ce projet.

Vers un rendez-vous récurrent au Vatican

Autre application utile pour les réfugiés : la possibilité de retrouver des membres de leur famille grâce à la reconnaissance faciale. A partir d'une photo, cette technologie permettrait de prévenir un migrant, par SMS, que des personnes ressemblant aux individus disparus ont été signalées dans différents centres d'accueil. Une idée intéressante pour le regroupement familial et les familles déchirées par les conflits.

Le hackathon a également vu différentes technologies utilisées à des fins surprenantes, à l'instar d'un traitement pour lutter contre la dyslexie grâce à la réalité augmentée. Considéré comme une réussite par l’Eglise, ce type de hackathon «sera renouvelé annuellement», a annoncé un porte-parole de la Cité du Vatican.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles