Des "mini-dragons" découverts dans les Andes

Des "mini-dragons" découverts dans les Andes.[RODRIGO BUENDIA / AFP]

Trois nouvelles espèces de lézards ont été récemment découvertes au Pérou. L’aspect multicolore des sauriens ainsi que la forme de leur crête leur ont valu le surnom de "mini-dragons".

 

Est-de la sortie de la saison 5 de Game of Thrones et le retour des dragons de Daenerys Targaryen qui ont incité ces « mini-dragons » à pointer le bout de leur crête ? Sans doute pas, mais la récente découverte de trois nouvelles espèces de lézards en Equateur et au Pérou passionne les zoologues.

La diversité de la faune dans les forêts tropicales andines est loin d’être entièrement recensée, comme l’explique Omar Torres Carvajal du musée de zoologie QCAZ de l’université catholique de Quito (Equateur). Le scientifique, à la tête de l’expédition qui a identifié les trois "dragons, explique" :  "Nous sommes au XXIe siècle et pourtant c'est incroyable la quantité d'espèces de reptiles que nous ne connaissons pas encore".

 

Seules quinze espèces de sauriens Hoplocercidae ont été identifiées

Les trois espèces de reptiles découvertes appartiennent au genre Enyalioides, de la famille de sauriens Hoplocercidae, dont seules 15 espèces différentes ont été identifiées, toutes recensées dans les zones boisées situées entre le panama et le nord de la Bolivie.

"Nous avons une connaissance limitée de la diversité des reptiles d'Equateur et du Pérou", explique Pablo Venegas, du Centre d'ornithologie et de biodiversité du Pérou, un des participants à la récente découverte.

Sur 6.076 espèces de petits lézards recensées dans le monde, 213 se trouvent au Pérou et 190 en Equateur, selon l'équipe ayant découvert les trois nouveaux spécimens.

 

De véritables "mini-dragons", sans ailes

Les "mini-dragons" sont aussi surnommés "lézards de bois" pour leur tendance à dormir sur les troncs d’arbre et leur capacité à se fondre dans le paysage. Leur dénomination scientifique répond aux noms de Enyalioides altotambo, Enyalioides anisolepis et Enyalioides sophiarothschildae.

Les corps de ces lézards sont recouverts d’écailles de couleurs assez criardes et peuvent mesurer jusqu’à 40 cm. La crête dentelée qui orne leur tête leur a valu le surnom de "dragons nains". Pourtant, Omar Torres Carvajal précise que ces trois animaux "n'ont rien à voir avec la bête mythologique".

Loin de cracher du feu, les petits dragons sont inoffensifs et ne se nourrissent d'ailleurs que d’insectes.

 

Entre Amazonie et Cordillère des Andes

Le premier spécimen d'Enyalioides altotambo a été découvert il y a 10 ans, dans les forêts de la province équatorienne d'Esmeraldas, près de la frontière colombienne, par la même équipe de chercheurs. Mais ce n’est que tout récemment que les scientifiques sont parvenus à capturer un autre reptile présentant les mêmes caractéristiques, dans la région d'Alto Tambo, à quelque 125 kilomètres au nord de Quito.

Le lézard Enyalioides anisolepis a, lui, été repéré près de la cordillère des Andes, entre la province équatorienne de Zamora Chinchipe et celle, péruvienne, de Cajamarca.

Enfin, la troisième espèce nouvelle, Enyalioides sophiarothschildae, qui doit son nom à une mécène allemande, Sophia Rothschild, a été découverte dans la forêt amazonienne de la région de San Martin, au Pérou.

Une analyse de l'ADN des écailles a confirmé qu'il s'agissait de trois espèces nouvelles de "lézards de bois". Les scientifiques estiment que d’autres espèces inconnues de lézards peuplent les forêts amazoniennes. De là à trouver un véritable dragon, c’est une autre histoire, même si, sur une île indonésienne, un varan géant porte le nom de dragon de Komodo.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles