Nabilla va se marier avec Thomas (1/2)

Nabilla déborde de projets [LOIC VENANCE / AFP ]

Nabilla revient sur le devant de la scène. Du tapis rouge de Cannes à son retour annoncé sur nos petits écrans, la jeune femme déborde de projets professionnels et personnels. Elle se confie à Direct Matin (1/2).

 

Sur Instagram, une photo de vous en robe blanche a lancé une rumeur d’un mariage éminent avec Thomas. Qu’en est-il ?

Oui, c’est le cas. Moi, j’ai fait un choix dans ma vie entre l’amusement, les hommes riches, les propositions et la vraie vie. Et j’ai choisi cette personne (Thomas, ndlr) parce que je l’aime vraiment et que je ne peux pas aller contre mon cœur. J’ai donc décidé de concrétiser les choses.

 

 

Vous vous êtes fait plus discrète dans les médias pendant plusieurs mois, un choix de votre part ?

J’avais déjà fait ça à un moment. Et je trouve que les médias se sont assez servis de moi, donc maintenant c’est à mon tour de les utiliser quand j’en ai envie. C’est aussi comme ça que cela marche. Ils se servent d’une personne qui s’en sert pour ses projets. Maintenant, je fais très attention aux paparazzis, aux photographes, je sais comment gérer les choses.

Je ne travaille plus avec la presse people parce que ce n’est jamais une vraie relation amicale comme je peux avoir d’autres journalistes. Je sais que ce sont des gens qui ne se retourneront pas contre moi. Mais la presse people, ce ne sont pas des amis, et c’est un choix de ne plus médiatiser certaines choses.

 

D’autres stars de la téléréalité se sont brûlées les doigts en voulant profiter de leur médiatisation. Comment gérez-vous cela personnellement ?

Ils m’ont sauté dessus sans que je le veuille donc, sans faire exprès, ils ont lassé les gens. Mais moi, ce n’est pas de ma faute. Tous les jours ils parlaient de moi, et les gens en ont eu marre au bout d’un moment. Mais je n’ai pas demandé à ce qu’on parle de moi tous les jours.

 

Vous n’avez pas demandé cette attention médiatique…

Pas à ce point-là. Comme dit Stromae, à force d’être omniprésent, on finit par lasser les gens. C’est ce qui m’est arrivée, mais malgré moi. Donc après j’ai essayé de faire la balance, à savoir me cacher pour qu’ils n’aient plus rien à dire.

 

Défilé haute-couture pour Jean-Paul Gautier, les marches à Cannes, chroniqueuse à la radio… Comment percevez-vous l’évolution de votre "carrière" ?

J’entre dans du concret petit à petit. J’ai toujours eu accès à des médias assez importants. Mais ce n’est pas ça qui fait une carrière. C’est le fait de fonder sa carrière sur des choses concrètes. Les gens ont beau dire "Nabilla, elle s’est faite sur une phrase", j’ai envie de dire "et bien vas-y, sur une phrase, construit une carrière ", c’est quand même bien. Ce phénomène restera toujours ce qu’il est. Et là je suis en train de faire des belles choses, et c’est le bon moment. De toute façon, dans ce métier, tout prend du temps, tout se fait par étape. Cela ne me surprend plus.

 

Vous êtes annoncée sur Europe 1 dans l’équipe de Cyril Hanouna. Quel sera votre rôle ?

Cyril Hanouna a pensé à moi, Europe 1 aussi, pour intégrer la nouvelle bande de l’émission Les pieds dans le plat. J’ai accepté parce que c’est une radio très prestigieuse qui m’attire énormément. J’ai passé le casting et je me suis retrouvée face à Jean-Marie Bigard, Jean-Luc Lemoine, et d’autres. Et voilà, j’ai essayé d’apporter ma touche jeunesse, fraîcheur, comme je sais le faire. Les gens ont rigolé, les gens ont apprécié. Après on ne sait jamais quelles décisions peuvent être prises. C’est comme pour tout.

 

C’est une très bonne école aussi pour vous…

C’est la meilleure école (...)

 

Lire la suite de l'interview

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles