"Le labyrinthe du silence" : triomphe d’un magistrat

Alexander Fehling dans le film "Le labyrinthe du silence". Alexander Fehling dans le film "Le labyrinthe du silence".[© Sophie Dulac Distribution]

Les prémices d’un procès historique. Alors qu’au début de l’année, le monde commémorait le 70e anniversaire de la libération d’Auschwitz-­Birkenau, le film "Le labyrinthe du silence" revient sur les événements qui ont conduit à l’ouverture du procès de Francfort, qui a jugé en 1963 vingt-deux responsables du camp d’extermination.

 

A la fin des années 1950, Johann Raadman commence sa carrière de procureur. Idéaliste et fortement attaché aux principes d’égalité, il se met en tête de traduire devant la justice un enseignant, dont un journaliste a découvert le passé d’ancien SS ayant servi à Auschwitz. Devant l’hostilité des pouvoirs publics et l’ignorance de la jeune génération sur les crimes nazis, sa ténacité à faire comparaître les coupables n’en sera que plus grande.

S’il n’y a rien à retenir de notable dans la mise en scène du "Labyrinthe du silence", le sujet de ce drame historique mérite qu’on s’y attarde.

"Le labyrinthe du silence", de Giulio Ricciarelli. En salles.

 

La bande-annonce du "Labyrinthe du silence" :

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles