La famille Chancerelle, le succès mis en boite

Connétable est la marque phare de la famille Chancerelle[Capture d'écran Youtube]

Avec un chiffre d’affaires d’environ 85 millions d’euros, la société Wenceslas Chancerelle est la plus ancienne conserverie du monde. Depuis plus de 150 ans, la famille Chancerelle ne cesse d’innover et de proposer de nouvelles recettes pour satisfaire le plus grand nombre avec Connétable, leur marque phare.

 

Archives – Article publié le mercredi 12 novembre 2008

 

Dans le port de Douarnenez, la sardine est reine depuis des décennies. En 1853, Robert Chancerelle quitte Nantes, sa ville natale, pour implanter la première conserverie dans cette ville bretonne. La façade blanche de la conserverie de la famille Chancerelle est connue par tous les habitants de la commune. Cette usine, baptisée «friture», révolutionne l’univers de la pêche puisqu’elle délaisse la «presse à sardines» au profit de la stérilisation du poisson.

En 1866, à la mort de Robert Chancerelle, c’est son fils Wenceslas qui reprend les rênes de l’entreprise, qu’il va gérer admirablement. Au début des années 1880, la pêche connaît une crise importante qui va durer six ans, pendant laquelle les sardines se font rares sur les côtes bretonnes et les pêcheurs de la région connaissent la disette.

Il ouvre de nouvelles usines en France, en Angleterre et au Portugal. A sa mort, en 1895, ce sont ses fils, Robert et René, qui deviennent directeurs. Eux aussi devront faire face à une nouvelle crise, au début du XXe siècle. Pour éviter la faillite, ils partent à la recherche d’un associé ou d’un repreneur. En vain ! Les ventes de leurs produits diminuent et les dettes s’accumulent. Les deux frères frôlent la banqueroute. C’est la guerre qui leur permettra de sortir de l’impasse. En 1914, des milliers de soldats sont envoyés au front avec, dans leur paquetage, des dizaines de boîtes de conserves.

 

Le succès de Connétable

En 1937, Marc Chancerelle intègre la conserverie au côté de son père, Robert, à présent seul à gérer l’affaire. Quand ce dernier décède, le jeune homme doit se battre pour sauver la société, en grande difficulté. Les conserveries ferment peu à peu leurs portes au cours des années 1930. Les techniques de production se modernisent. Les ouvriers voient apparaître au sein de l’usine Chancerelle de nouveaux appareils d’étripage et d’étêtage, ainsi qu’une nouvelle machine permettant de faire cuire les sardines deux fois plus vite.

Alors qu’il achève un stage à Bordeaux, en 1949, le fils de Marc, Robert, rejoint l’entreprise familiale. Il avoue «être venu à contrecœur», sans avoir été informé de la situation financière critique de la conserverie. Mais il relève le défi. Il fait de l’entreprise l’une des premières conserveries françaises et part démarcher les détaillants et les grossistes implantés en France, en Belgique et en Suisse.

L’arrivée des réfrigérateurs à la fin des années 1950, puis des congélateurs, permet également de conserver le poisson pendant plusieurs mois et ainsi d’employer les ouvriers sur une plus longue période. Il lance la marque Connétable, laquelle enregistre de bons résultats financiers. En 1988, fort de son expérience dans d’autres conserveries internationales, Eric Chancerelle succède à son père Robert, retraité. Ses beaux-frères Edouard Paulet et Antoine Peigné l’accompagnent, et les trois hommes ne cessent de proposer de nouvelles saveurs répondant aux attentes des clients, toujours plus nombreux.

           

Vidéo : Publicité Connétable

 

 

Les femmes au cœur de la production

Tandis que les hommes se réservent le privilège de la pêche, les femmes se révèlent les meilleures pour préparer les sardines. L’entreprise précise par ailleurs que seuls des doigts de fée peuvent effectuer ces opérations minutieuses. Les techniques et le savoir-faire se transmettent de mère en fille.

D’ailleurs, certaines familles de Douarnenez travaillent au sein de la conserverie depuis des générations. Aujourd’hui, les femmes représentent environ 85 % du personnel, soit près de 280 personnes. En 2003, pour son 150e anniversaire, l’entreprise Wenceslas Chancerelle a offert à la ville de Douarnenez une statue faite de granit et de bronze qui rend hommage à toutes les petites mains qui ont fait le succès de la société. Mi-femme, mi-sardine, cette sculpture sera inaugurée sur le port par une ouvrière de la conserverie et par Anne Quéméré, rameuse d’origine quimpéroise. La troisième société de conserverie de poissons en France réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires d’environ 85 millions d’euros. Près de 80% des gains de l’entreprise proviennent des ventes de produits de la marque Connétable. Quelque 9 000 tonnes de poissons sont acheminées chaque année vers les sites de production situés à l’intérieur de la ville et dans la zone industrielle de Lannugat, à Douarnenez. Edouard Paulet, actuel président de Wenceslas Chancerelle, préserve le savoir-faire familial.

 

Petit Navire : il était un petit pêcheur …

A la recherche d’un consensus sur le thon rouge

Barilla, les rois des pâtes italiennes

 

Vous aimerez aussi

Jack Ma, cofondateur du géant chinois Alibaba, va prendre sa retraite
portrait La folle ascension du fondateur d’Alibaba, de professeur d’anglais à homme le plus riche de Chine
Interview Enjoy Phoenix : "Une belle revanche sur la vie"
Success story Bébé Cadum, tout en douceur

Ailleurs sur le web

Derniers articles