Rockfeller, l’empereur de l’or noir

Portrait de John D. Rockefeller peint par John Singer Sargent en 1917 [DR]

En créant la Standard Oil, John Davison Rockefeller est devenu un symbole de l’industrie pétrolière. Tenant d’un strict capitalisme, l’homme d’affaires est devenu l’une des plus grandes fortunes des Etats-Unis du siècle dernier. Ses descendants ont hérité d’un important capital financier. Tous se sont engagés dans la finance ou dans les combats politiques.

 

Archives – Article publié le mercredi 22 octobre 2008

 

Le nom Rockefeller évoque à lui seul la réussite et la richesse. Les membres de cette famille figurent aujourd’hui parmi les plus grandes puissances mondiales, et sont tous dotés d’un capital estimé à plusieurs millions de dollars. A l’origine de cette dynastie, John Davison Rockefeller.

Né en 1839 à New York, l’enfant est élevé par un père marchand de médicaments aux vertus plus ou moins prouvées. Ce dernier ne tarde pas à quitter sa famille pour parcourir les Etats-Unis. John Davison Rockefeller reste ensuite avec sa mère et est élevé selon les rites de l’Eglise baptiste. Très vite, le jeune homme prend goût au travail et s’astreint à une grande rigueur dans chacune de ses tâches.

Aux arts, John D. Rockefeller préfère l’industrie. Il débute sa carrière au sein de Hewitt & Tattle, société de commerce en gros de Cleveland (Ohio), dans laquelle il acquiert les techniques de comptabilité et le fonctionnement des marchés financiers. Précurseur, John Davison Rockefeller voit dans l’exploitation du pétrole un moyen de s’enrichir rapidement. Après un premier essai infructueux, il crée en 1870 sa propre compagnie : la Standard Oil. Son frère William ne tarde pas à le rejoindre. Le futur roi du pétrole se rend dans les principales villes américaines, de Pittsburg à Philadelphie, dans le but de convaincre les propriétaires des raffineries de collaborer à sa société.

Peu à peu, il possède la quasi-totalité des exploitations, transformant la Standard Oil en véritable trust. Le magnat du pétrole fixe ses prix sans souffrir de la concurrence. Mais la loi américaine interdit aux industriels de bloquer le marché en établissant un monopole. La Cour suprême des Etats-Unis exige, en 1911, que le trust soit démantelé en de multiples entreprises indépendantes pour faire jouer la concurrence. Ainsi, les compagnies Exxon, Mobil ou Esso (formé à partir des initiales de Standard Oil, «S» et «O») apparaissent, en France notamment.

 

Vidéo : John Davison Rockfeller en 1929

 

 

La suprématie de l’industrie pétrolière

Au delà de l’industrie pétrolière, John Davison Rockefeller étend ses activités aux domaines de l’aviation, de l’automobile et de l’électronique. Fort de ce succès, il devient l’une des plus grosses fortunes des Etats-Unis. L’homme dirige son empire d’une main de fer. A la tête d’une richesse colossale, le roi du pétrole décide de construire dans les années 1920 un ensemble de bâtiments au cœur du quartier new-yorkais du Midtown, non loin de Central Park. Ce dernier sera baptisé le Rockefeller Center.

 

Le Rockfeller Center [CC/ Rodrigo Sampaio Teixeira]

 

L’industriel n’en est pas à son premier coup d’essai. Il a auparavant participé à la création de l’université de Chicago et crée l’Institut Rockefeller au début du XXe siècle afin de soutenir la recherche médicale. En 1965, cette institution sera transformée en Université Rockefeller. Mais John Davison Rockefeller meurt en 1937, laissant les rênes du groupe à son fils, John Davison Rockefeller Junior. Ce dernier se voit confier la lourde tâche d’achever les travaux du Rockefeller Center. L’idée est de construire un deuxième pôle économique après Wall Street. De nombreux gratte-ciel, dont le célèbre Rockefeller Plaza, sortent de terre. Des boutiques et salles de spectacle apparaissent dans cet immense complexe.

 

Kykuit, la propriété de Rockfeller à New York [CC/Shinya]

 

Les engagements de la Fondation Rockefeller

L’organisation philanthropique dont le siège se situe à New York a été créée en 1913 par John Davidson Rockefeller. Cette fondation privée a pour objectif de «promouvoir le bien-être de l’humanité à travers le monde». A l’instar de celle de Bill & Melinda Gates, la Fondation Rockefeller consacre une grande partie de ses donations à la lutte contre la pauvreté, à la santé publique et à la recherche médicale.

Depuis quelques années, elle participe également à de nombreux programmes agricoles, et a financé notamment l’Institut international de recherche sur le riz à Los Baños, aux Philippines. Les fondations Rockefeller et Bill & Melinda Gates se sont engagées dans l’Alliance pour une révolution verte en Afrique, afin d’aider les agriculteurs de ce continent à développer leur productivité et à augmenter leurs revenus. Très impliquée dans la recherche scientifique, l’organisation américaine octroie chaque année des bourses à de nombreux étudiants et scientifiques dans le monde. Elle s’investit enfin dans le domaine des arts.

 

La famille Rockfeller

Les descendants de la dynastie ont joui de la renommée et de la fortune de leur ancêtre, et se sont illustrés dans la banque ou la finance. Ainsi, le fils de John Davison Rockefeller Junior, David, né en 1915, a présidé la Chase Manhattan Bank jusqu’en 1981. Il est désormais président honoraire du conseil des relations étrangères (un «think tank» américain). Au classement des milliardaires du magazine Forbes publié en 2007, David Rockefeller occupe la 149e place. Ses frères se sont engagés en politique. Winthrop Paul Rockefeller (1948-2006) a été gouverneur de l’Etat de l’Arkansas et a lutté contre la discrimination et la ségrégation. Quant à Nelson Aldrich Rockefeller (1908-1979), il a été gouverneur de l’Etat de New York et vice-président des Etats-Unis de 1974 à 1977, sous la présidence de Gerald Ford.

 

Qui est l’homme le plus riche de tous les temps ?

Ford, les as de l’automobile

La famille Peugeot, la passion de l’automobile

 

À suivre aussi

Jack Ma, cofondateur du géant chinois Alibaba, va prendre sa retraite
portrait La folle ascension du fondateur d’Alibaba, de professeur d’anglais à homme le plus riche de Chine
Interview Enjoy Phoenix : "Une belle revanche sur la vie"
Success story Bébé Cadum, tout en douceur

Ailleurs sur le web

Derniers articles