Festival de Cannes: Palme d'or pour «Parasite», du Sud-Coréen Bong Joon-ho

Le jury du 72e Festival de Cannes, le 25 mai 2019 au Palais des festivals, pour la cérémonie de clôture [ANTONIN THUILLIER / AFP] Le jury du 72e Festival de Cannes, le 25 mai 2019 au Palais des festivals, pour la cérémonie de clôture [ANTONIN THUILLIER / AFP]

La Palme d'or du 72e Festival de Cannes a distingué dimanche le film «Parasite», du Sud-Coréen Bong Joon-ho.

«Les Misérables» du français Ladj Ly et «Bacurau» des Brésiliens Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles se sont vu eux décerner ex aequo le Prix du jury, samedi, au 72e Festival de Cannes.

«Je dédie ce film à tous les misérables de France et d'ailleurs. Mon film parle des rapports entre les différentes communautés dans ce territoire. Le seul ennemi en commun qu'il y a entre ses habitants et les policiers, c'est la misère», a réagi Ladj Ly. «Les Misérables», qui emprunte son titre au roman de Victor Hugo et dont l'action se déroule en partie à Montfermeil, suit les premiers jours de «Pento» (Damien Bonnard), un flic qui débarque à la brigade anti-criminalité, en plein été, au lendemain de la victoire des Bleus.

Ce film de Ladj Ly est adapté de son propre court métrage, réalisé en réaction à une bavure policière sur un jeune homme noir à Montfermeil en Seine-Saint-Denis, le 14 octobre 2008 que le réalisateur avait alors filmée.

Egalement primé par le jury présidé par Alejandro Gonzalez Iñarritu, «Bacurau» est un film de genre, à mi-chemin entre western, survival et fantastique, qui raconte l'histoire du village imaginaire de Bacurau, dans le Sertao brésilien (région semi-aride et très pauvre du Nord-Est), frappé par des phénomènes étranges.

«Bacurau» est le troisième long métrage de Mendonça, révélé il y a trois ans avec «Acquarius».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles