Le trot, une discipline exigeante

[Jean Luc Lamaère / LETROT]

Avec quelque 11 000 courses au trot organisées chaque année, la France est le deuxième pays au monde pour ce sport, juste derrière les Etats-Unis.

 

Le trot regroupe deux disciplines où concourent environ 15 000 chevaux différents. La première est le trot attelé, une forme qui utilise le sulky, ce véhicule à deux roues où s’installe le "driver" qui commande l’animal. La seconde, le trot monté, est une spécificité française. Ici, celui qu’on appelle le "jockey" "monte en avant", c’est-à-dire à même le dos du cheval, à l’aide d’une selle. Les trotteurs français sont régulièrement soumis à des contrôles du Laboratoire des courses hippiques, qui s’assure qu’aucun dopage ne puisse rendre la course inéquitable.

L’intérêt des Français pour le trot est durable. C’est le 26 août 1837 qu’eut lieu la toute première course de trotteurs, à l’hippodrome de la Prairie de Caen. Le trotteur français, une race chevaline issue d’une lignée de chevaux anglo-normands utilisés pour l’attelage, sera officiellement reconnu en 1922. Avec leur robe aux tons roux et marron, bai ou alezan, disent les initiés, les trotteurs sont connus pour leur robustesse. Alliant une morphologie fine avec une arrière-main puissante, ils sont performants sur les distances dites «marathon» (3 kilomètres et au-delà).

 

1 km en 1 minute et 10 secondes

Ils peuvent parcourir 1  kilomètre en 1 minute et 10 secondes. Entraînés dès leur jeune âge, ils commencent à concourir au minimum deux ans après leur naissance. La race française est évidemment très présente dans l’Hexagone mais aussi aux Etats-Unis, au Canada, en Italie… Pour le trot, le cheval doit désynchroniser ses deux jambes : sont coordonnées antérieure gauche et postérieure droite d’un côté ; antérieure droite et postérieure gauche de l’autre. Cette allure, rapide et singulière, est la seule autorisée dans la course. La moindre faute vaut disqualification : l’aubin (le cheval se met à galoper avec ses jambes avant), le traquenard (avec ses jambes arrière) ou l’amble (les jambes d’un même côté se synchronisent) ne pardonnent pas.

 

Vous aimerez aussi

Courses hippiques Equitation : 5 conseils pour s'y mettre
turf Prix de France, revanche du Prix d'Amérique : à quelle heure et sur quelle chaîne ?
Mouvement social Prix d'Amérique : victoire de la jument Bélina Josselyn, des «gilets jaunes» ont brièvement envahi la piste

Ailleurs sur le web

Derniers articles