Le diesel plus économique : et si c'était faux ?

Archive AFP.[STEPHAN AGOSTINI / AFP]

Selon une étude réalisée et rendue publique ce jeudi par l’UFC-Que Choisir, 65% des sondés font du type de carburant leur premier critère lors de l’achat d’un véhicule. Un chiffre qui explique le succès des voitures diesel, certes plus chères à l’achat, à entretenir et à assurer, mais dont le carburant est moins cher que l'essence grâce aux avantages fiscaux dont ils bénéficient en France.

Or, pour que la bonne affaire en soit vraiment une, le consommateur se doit d’amortir le prix d’achat du véhicule en l’utilisant de manière fréquente.

Sauf que 71% des propriétaires de voiture diesel confient se séparer de leur automobile avant même de l’avoir rentabilisée.

Car selon l’UFC-Que Choisir, pour ressentir réellement les avantages du diesel sur son porte-monnaie, il faudrait rouler avec au moins 20.000 km par an pendant plusieurs années. Chose que ne font pas près des trois-quarts des détenteurs de ce type de véhicule.

En guise d’exemple, l’UFC-Que Choisir prend le cas d’une Peugeot 208 diesel, rentabilisée au bout de 11 ans… à condition de rouler donc un minimum de 20.000 km par an.

« Le diesel n’est donc pas un choix rationnel, par rapport à l’essence, pour une majorité de ménages », explique dans le compte-rendu de son étude l’association de défense des consommateurs.

La publication de ce sondage intervient la veille de la remise au gouvernement du rapport sur les prix et les marges dans la distribution de carburants par l’Inspection Générale des Finances (IGF).

Le diesel avait été classé en juin 2012 par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) parmi les substances les plus cancérigènes en raison des particules fines rejetées par les moteurs diesel.

 

À suivre aussi

Sécurité routière : les radars vont traquer les conducteurs non-assurés
Automobile Sécurité routière : les radars vont traquer les conducteurs non-assurés
Formule 1 Grand Prix du Japon : Bottas remporte la course, Mercedes le titre constructeurs
Le siège de Renault, le 11 octobre 2019 à Boulogne-Billancourt [ERIC PIERMONT / AFP]
Automobile Renault : le directeur général Thierry Bolloré démis pour clore l'ère Ghosn

Ailleurs sur le web

Derniers articles