Le deuxième plus grand lac de Bolivie va disparaître

Une photo de la Nasa montrant le lac Poopo depuis l'espace avant et après son assèchement. [NASA].

Le lac Poopo, le deuxième plus grand lac de Bolivie après le célèbre Titicaca, est en train de s'assécher complètement du fait du réchauffement climatique. Sa disparition est inéluctable s'alarment les scientifiques.

Selon eux, l'évaporation du lac Poopo, déclarée "officielle" par les autorités boliviennes en décembre 2015, n'est pas seulement catastrophique pour les populations locales poussées par centaines à l'exode. Elle est aussi un sérieux avertissement lancé au monde entier sur les conséquences possibles et globales du réchauffement climatique.

Si ce lac des plaines andines, situé à plus de 3650 mètres au-dessus du niveau de la mer, s'était déjà asseché par deux fois dans le passé à cause d'El Nino, il avait réussi à chaque fois à reprendre une taille deux fois supérieure à celle de la ville de Los Angeles (Etats-Unis). Mais cette fois, les scientifiques affirment que la récupération du lac sera impossible.

Selon Dirk Hoffman, un glaciologue allemand cité par le quotidien britannique The Independent, l'assèchement du lac Poopo préfigure même ce qui pourrait arriver à une échelle beaucoup plus large. Il n'hésite ainsi pas à dire que la situation du lac Poopo est «une photo de l'avenir dû au changement climatique». L'exploitation des mines d'étain locales, et le déversement de leurs déchets non traités dans les affluents du lac Poopo a également amplifié le phénomène d'assèchement en augmentant les sédiments.

Aujourd'hui, le volume en eau du lac Poopo ne représente plus que 2 % de ce qu'il devrait être. Plus de 100 familles ont été forcées de quitter le petit village attenant de Untavi au cours des trois dernières années et 75 espèces d'oiseaux ont déjà disparu de la région. Selon le bureau local du gouvernement, au moins 3250 personnes ont dû recevoir de l'aide humanitaire. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles