Figo annonce sa candidature à la présidence de la Fifa

Luis Figo lors du tirage au sort de la Ligue des Champions le 16 décembre 2013 à Nyon [ / AFP]

L'ancien joueur vedette portugais Luis Figo a annoncé mercredi sa candidature à la présidence de la Fifa, contre Joseph Blatter, qui brigue un cinquième mandat.

 

"J'ai décidé de me porter candidat à la présidence de la Fifa, a déclaré solennellement Figo, assurant avoir les cinq soutiens nécessaires, sans préciser ceux qui s'ajouteraient à celui de la fédération portugaise.

"Je tiens au football, donc ce que je vois de l'image de la Fifa, pas seulement maintenant mais ces dernières années, ne me plaît pas", a justifié l'ancien Ballon d'or du Real Madrid, âgé de 42 ans, dans une interview à CNN.

"Tout ce que je suis, je le dois au football et je sens que l'heure est venue de rendre ce que j'ai reçu pendant tant d'années. (...) Nous sommes un pays de football qui compte cinq Ballons d'or et nous devons être aussi un pays et une fédération actifs et déterminés en faveur du changement", a dit l'ex-joueur, lui-même distingué en 2000.

Formé au Sporting, Figo a ensuite rejoint Barcelone en 1995, puis migré chez "l'ennemi", le Real Madrid, en 2000, avant de terminer à l'Inter Milan de 2005 à 2009. A son palmarès figurent la Ligue des Champions (2002), la Coupe des vainqueurs de Coupes (1997), quatre titres de champion d'Italie et quatre de champion d'Espagne. 

Auteur de 32 buts en 127 sélections entre 1991 et 2006, il a été finaliste de l'Euro-2004 avec le Portugal.

 

"Le football mérite mieux"

"C'est une décision réfléchie, fondée sur la volonté de changement, une vision réformatrice et sur la nécessité d'apporter plus de transparence à une institution en perte de crédibilité, a-t-il ajouté. Le football mérite mieux. Au cours des dernières semaines, des derniers mois et des dernières années j'ai vu l'image de l'institution se dégrader nettement et je sens qu'il est temps d'inverser cette tendance".

Opposant déclaré au président actuel qui brigue un cinquième mandat malgré la contestation et l'image écornée de la Fifa, Figo risque pourtant de pâtir de son manque d'expérience dans les instances dirigeantes et de voir sa candidature, annoncée très tardivement, évaluée un peu de la même manière que celle de l'ex-joueur français David Ginola.

Outre Blatter, Figo et Ginola, sont également candidats le prince jordanien Ali bin Al Hussein, un des vice-présidents de la Fifa, Michael Van Praag, président de la fédération néerlandaise, et le Français Jérôme Champagne, ex-vice secrétaire général de la Fifa.

A l'issue de sa carrière, Figo est devenu ambassadeur de prestige pour son dernier club, l'Inter. Début janvier, il avait laissé entendre qu'il envisageait un avenir dans le "management", sans en dire plus.

La Fédération portugaise de football a exprimé son "immense honneur" d'apporter son "soutien à la candidature de Luis Figo". "C'est une élection difficile, mais Luis fera preuve de ténacité pour faire valoir ses points de vue", a développé la FPF.

"Sa candidature va permettre au football d'avancer", a réagi pour sa part Jose Mourinho, l'entraîneur portugais de Chelsea. "Son immense carrière garantit à la Fifa un meilleur avenir. Je crois en son caractère et en sa détermination, ainsi qu'en sa passion pour le jeu", a-t-il dit.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles