Toulouse : les autorités interdisent une manifestation d'extrême droite

Un défilé des Jeunesses nationalistes le 18 novembre 2012 à Paris [Kenzo Tribouillard / AFP/Archives] Un défilé des Jeunesses nationalistes le 18 novembre 2012 à Paris [Kenzo Tribouillard / AFP/Archives]

Les autorités ont interdit vendredi un rassemblement prévu samedi à Toulouse par l'organisation d'extrême droite Jeunesses nationalistes à cause des "risques importants de trouble à l'ordre public", a annoncé la préfecture de la Haute-Garonne.

Il s'agirait de la première annonce officielle d'une interdiction de manifestation de l'extrême droite depuis la bagarre de mercredi fatale à Clément Méric.

Depuis jeudi, les autorités étaient pressées par de multiples organisations de faire interdire cette marche aux flambeaux qui aurait eu lieu trois jours après la bagarre avec des skinheads qui a coûté la vie à Clément Méric.

Le maire lui-même, le socialiste Pierre Cohen, avait jugé "indispensable pour la sécurité de tous et dans un contexte particulièrement sensible d'annuler" le rassemblement des Jeunesses nationalistes.

Interrogée par l'AFP alors que se multiplient à gauche les appels à la dissolution d'organisations comme les Jeunesses nationalistes, la préfecture n'a pas dit dans un premier temps si l'interdiction du rassemblement avait un lien direct avec la mort de Clément Méric ou si le rassemblement aurait été interdit de toute façon.

Les organisations de gauche avaient appelé à un grand rassemblement samedi. Elles soulignaient qu'il ne s'agirait pas à proprement parler d'une contre-manifestation puisqu'elle aurait lieu plusieurs heures avant la marche aux flambeaux. Mais plusieurs responsables mettaient en garde contre le risque de heurts que présentait le rassemblement des Jeunesses nationalistes, a fortiori dans une ville où la gauche extrême ou alternative est très active.

Dans son communiqué, outre le danger de trouble à l'ordre public, la préfecture justifie son interdiction par la tenue le même jour dans le centre de la manifestation de gauche, mais aussi d'évènements festifs.

Les Jeunesses nationalistes, dirigées par Alexandre Gabriac, sont une organisation distincte des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), que dirige Serge Ayoub et dont seraient proches les skinheads impliqués dans la bagarre de mercredi.

Vous aimerez aussi

Faits divers Agression homophobe à Paris : un mineur mis en examen pour «violences aggravées»
Fait divers Isère : cinq jeunes suspectés d'avoir violé et torturé un handicapé pendant un mois
Enquêteurs après l'agression à l'arme blanche qui a fait sept blessés, dont quatre grièvement, le 9 septembre 2018 à Paris [Zakaria ABDELKAFI / AFP/Archives]
Justice Agressions au couteau à Paris : le suspect mis en examen et placé en détention provisoire

Ailleurs sur le web

Derniers articles