Mort de Lee Zeitouni : nouvelles révélations sur Robic

Le compagnon de Lee Zeitouni montre un portrait d'Éric Robic [JACK GUEZ /AFP / ARCHIVES]

De nouvelles informations viennent éclairer les circonstances de la mort de Lee Zeitouni, une jeune Israélienne fauchée en 2011 par un véhicule conduit par un ressortissant français, Éric Robic. Les raisons de sa présence à Tel-Aviv sont désormais avérées tandis que des doutes émergent sur la validité de son permis de conduire.

 

Le profil d'Éric Robic, l'homme qui conduisait le 4x4 qui a écrasé la jeune Lee Zeitouni le 16 septembre 2011, se précise au fur et à mesure de l'enquête sur les circonstances du drame. Selon Le Figaro, il est possible qu'il aurait circulé ce jour-là sans permis de conduire car celui-ci aurait été annulé auparavant.

Cette information aurait été révélée par son ami Claude Khayat, qui était présent dans le véhicule lors de l'impact, lors de sa déposition devant le juge chargé de l'affaire le 3 septembre dernier. Me Françoise Cotta, l'avocate d'Éric Robic, dément pour sa part cette information qui devrait être vérifiée rapidement.

Les raisons de la présence d'Éric Robic en Israël semble en revanche plus établies. L'homme aurait en effet quitté la France pour se soustraire à la justice qui le recherchait dans le cadre d'une affaire d'escroquerie en bande organisée. Affaire pour laquelle il doit être jugé en correctionnelle.

 

Délit de fuite

La mort de Lee Zeitouni était survenue au petit matin. Éric Robic et son ami Claude Khayat sortaient d'un bar à hôtesse. Selon les informations révélées par l'enquête, leur véhicule aurait brûlé et feu rouge et violemment percuté Lee Zeitouni alors qu'elle traversait la chaussée sur le passage piéton. La jeune femme, professeur de gymnastique, a été tuée sur le coup.

Les deux hommes avaient immédiatement pris la fuite et quitté Israël pour gagner la France. L'affaire a alors déclenché un vif scandale en Israël. Mais la France refusant d'extrader les deux hommes, c'est à Paris que devrait se dérouler leur procès.

Le 3 septembre dernier, Éric Robic a été mis en examen pour homicide involontaire aggravé et non assistance à personne en péril. Il risque dix ans d'emprisonnement et 150.000 euros d'amende. Le 5 septembre, c'est le passager Claude Khayat qui a été mis en examen à son tour pour non-assistance à personne en péril. Il risque pour sa part cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.

 

Vers la case prison ?

Placé sous contrôle judiciaire, Éric Robic a été sommé de payer une caution de 200.000 euros. Mais le premier versement de 50.000 euros, dont il devait s'acquitter le 3 octobre, n'a pas été effectué. Toujours selon Le Figaro, le parquet aurait requis lundi la révocation de son contrôle judiciaire. Ce qui, concrètement, pourrait conduire à sa mise en détention.

 

À suivre aussi

Après son arrestation, Carlos Ghosn a passé environ 130 jours en prison à Tokyo, avant d'être libéré, réincarcéré durant trois semaines, puis de nouveau laissé en liberté surveillée le 25 avril.
Justice Affaire Carlos Ghosn : un an après, où en est-on ?
Justice Affaire Troadec : enquête terminée, procès prévu dans un an
Drame Meurtre d’Oliver Tony, lynché au bord du canal de l’Ourcq : ce que l’on sait

Ailleurs sur le web

Derniers articles