Une maternité suspendue suite au décès d'un bébé

Une maternité française [Didier Pallages / AFP/Archives]

Après le décès d'un nourrisson survenu en juin dernier, la maternité de Dourdan fermera temporairement à partir du 21 octobre, a annoncé l'Agence régional de la santé (ARS).

 

Le nouveau-né est décédé en juin, mais la mort n'a été déclarée à l'ARS que le 25 septembre, justifie l'agence. Une déclaration qui a entraîné l'inspection de la maternité le 15 octobre dernier.

Les conditions de prise en charge lors de l'accouchement de ce nouveau-né, la vérification du statut du personnel médical et l'application de la réglementation concernant l'activité de gynécologie-obstétrique, ont été passés en revue ce jour-là.

 

"La sage-femme était seule"

Mais le jugement de l'ARS est sans appel, « les conditions ne sont pas réunies pour assurer la qualité et la sécurité de la prise en charge des patientes et des nouveaux-nés », souligne l'agence dans un communiqué.

Car « ce jour-là, la sage-femme était seule » selon une source hospitalière. Normalement, le protocole prévoit la présence « d'au moins une sage-femme lors d'un accouchement et d'une autre personne pour le reste des activités ».

Ainsi, le directeur général « a pris la décision de suspendre l'autorisation d'exercer l'activité d'obstétrique de type 1 du centre hospitalier Sud Essonne sur le site de Dourdan ». Une décision prise vendredi mais qui n'aura effet qu'à compter de lundi 21 octobre à 8 heures, afin de « laisser le temps à l'établissement de s'organiser », a précisé une porte-parole de l'ARS.

 

Prendre les dispositions nécessaires

D'autres maternités vont assurer les accouchement prévus à Dourdan, des établissements « garantissant toutes les mesures de sécurité et de qualité des prises en charge», déclare l'ARS.

Les femmes qui ont déjà accouché pourront quant à elle rester dans le complexe hospitalier. Les consultations de gynécologie « continueront à être assurés».

L'activité pourra reprendre si l'établissement prend toutes les dispositions nécessaires pour remédier aux manquements. Il devra toutefois indiquer les mesures correctrices mises en œuvre, précise l'ARS.

 

La maternité Cochin-Port Royal au coeur de l'enquête 

Maternité des Lilas : un combat pour le personnel 

Plainte après le décès d'un bébé dans une maternité 

 

À suivre aussi

Essonne Elle fait ses courses à Carrefour en brassière, la responsable sécurité du magasin la réprimande
Le candidat aux élections municipales à Paris doit présenter son programme le 4 juillet.
Politique Tout savoir sur Cédric Villani, mathématicien, député de l'Essonne et ex-candidat à la mairie de Paris
Faits divers Essonne : un policier traîné sur une dizaine de mètres par un automobiliste en fuite

Ailleurs sur le web

Derniers articles