GPA et PMA : le gouvernement dira non

Des participants à "La Manif pour Tous" défilent le 2 février 2014 à Paris Des participants à "La Manif pour Tous" défilent le 2 février 2014 à Paris [Eric Feferberg / AFP]

Manuel Valls a annoncé lundi sur RTL que le gouvernement "s'opposera à des amendements parlementaires" sur la gestation pour autrui (GPA) et la procréation médicalement assistée (PMA) lors de l'examen du projet de loi sur la famille. Matignon a confirmé.

 

Matignon a confirmé à l'AFP lundi que le gouvernement s'opposerait à d'éventuels amendements parlementaires sur la gestation pour autrui (GPA) et la procréation médicale assistée (PMA) lors de l'examen du projet de loi sur la famille.

"Nous confirmons que le gouvernement s'opposera à d'éventuels amendements visant à légaliser en France la PMA et la GPA", a-t-on indiqué dans l'entourage du Premier ministre, précisant que le calendrier du projet de loi sur la famille n'était "pas arrêté".

Ce projet de loi doit être présenté en avril devant le Conseil des ministres, pour être débattu devant le Parlement au second semestre.

Le ministre de l'Intérieur s'exprimait au lendemain des deux manifestations à Paris et à Lyon qui ont réuni au moins cent mille personnes, notamment opposées à la GPA et la PMA.

Plusieurs membres du gouvernement, dont la ministre déléguée à la Famille Dominique Bertinotti, ont répété que le projet de loi ne prévoit pas d'ouvrir la PMA aux couples de lesbiennes ni d'autoriser les mères porteuses en France. Mais c'est la première fois qu'un ministre dit que le gouvernement s'opposera à tout amendement sur ces deux questions sensibles.

 

Amendements PMA/GPA : Matignon confirme que le gouvernement s'y opposera

Vous aimerez aussi

Société Brigitte Macron va redevenir professeur de français
Des policiers ont découvert que des dealers étaient recrutés par le biais de petites annonces classiques. (photo d'illustration)
Drogue A Marseille, les dealers sont recrutés par petites annonces
Gilets jaunes : la "haine anti-flics" à son paroxysme
Société Gilets jaunes : la «haine anti-flics» à son paroxysme

Ailleurs sur le web

Derniers articles