Une femme agressée sexuellement dans le métro, les témoins ne réagissent pas

Le quai d'une ligne de métro à Lille. (Photo d'illustration)[CC / maxdufour / Flickr]

Une jeune femme a été agressée sexuellement par un homme en état d'ivresse dans le métro lillois mercredi 23 avril sans qu'aucun des usagers présents ne lui vienne en aide. L'homme a été condamné à 18 mois de prison ferme.

 

Victime d'une agression sexuelle dans l'indifférence générale. Mercredi vers 22h30, une jeune femme âgée de 30 ans entre dans une station de métro du centre de Lille lorsqu'elle est abordée par un jeune homme en état d'ivresse avancé et portant une petite bouteille de vodka à la main.

Elle tente d'échapper à la situation mais l'homme se rapproche, la tient par les épaules… Les images de vidéosurveillance montrent qu'il tente même de l'embrasser.  La jeune femme a expliqué aux enquêteurs qu'il la menace également  de viol à plusieurs reprises.

Elle parvient jusqu'au quai du métro mais son agresseur la poursuit. A l'arrivée du métro, les usagers présents évitent de monter dans la même rame.

Dans le métro, l'homme menace de la frapper, l'insulte et lui touche la poitrine et les fesses. Là encore, personne ne réagit.

"Je criais au secours, aucune ne m'a aidée. Je me suis défendue toute seule. Les gens se sont écartés", témoigne la jeune femme dans les colonnes de la Voix du Nord.

 

Un automobiliste lui vient en aide

La victime descend de la rame et rejoint l'extérieur, son agresseur à ses trousses. Elle tente de stopper les voitures et parvient à faire s'arrêter un jeune automobiliste. Elle se réfugie dans la voiture tandis qu'une altercation éclate entre le conducteur et l'agresseur.

Ce dernier sera finalement maîtrisé par les agents de sécurité de l'hôpital proche avant d'être arrêté.  Au total, l'agression aura duré entre 20 et 30 minutes.

Placé sous mandat de dépôt, l'homme de 19 ans a été condamné jeudi, en comparution immédiate, à 18 mois de prison ferme pour agression sexuelle et violences avec usage d'une arme par destination. De nationalité marocaine, il écope également d'une interdiction de territoire de deux ans.

Lors de l'audience, le jeune homme a simplement affirmé avoir dragué la jeune femme.

 

De la "non-assistance à personne en danger" ?

Le procureur de la République à Lille Frédéric Fèvre a estimé que l'attitude des témoins pouvait être assimilée à de la "non-assistance à personne en danger". Il ainsi demandé aux forces de police de mener une enquête pour "déterminer si l'infraction est juridiquement constituée".

"On ne leur demande pas forcément d'intervenir, mais cela ne coûte rien d'appeler la police", souligne auprès de l'AFP une source policière. 

 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles