Jihadistes français manqués : l'Intérieur se justifie

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. [AFP]

Le ministère de l'Intérieur a reconnu mardi soir dans un communiqué avoir manqué à leur retour de Turquie trois présumés jihadistes français parce qu'il n'avait pas été informé à temps d'un changement de destination de leur vol, les trois hommes étant arrivés à Marseille et non Orly.

 

L'Intérieur avait annoncé en début d'après-midi que les trois personnes, dont le mari de Souad Merah, la soeur de Mohamed Merah, avaient été interpellées à Orly, près de Paris, à leur retour de Turquie. Mais une source policière affirmait plus tard qu'en fait, les trois hommes n'avaient pas quitté la Turquie comme prévu.

Dans la soirée, deux de leurs avocats annonçaient qu'ils étaient "dans la nature", n'ayant pas été arrêtés à leur retour, à leur grande surprise.

"La police turque devait aujourd'hui procéder à l'expulsion de trois ressortissants français, MM. Imad Jjebali, Gael Maurize et Abdelouahab El Baghdadi, par un vol à destination de Paris en provenance d'Istanbul", informe le service de presse de Bernard Cazeneuve dans le communiqué. "Ces trois ressortissants étaient jusqu'alors détenus en Turquie dans un centre de rétention administrative, au titre d'infractions au droit du séjour", précise-t-il.

"Le pilote de l'avion ayant refusé d'embarquer ces trois passagers sur le vol initialement prévu, les services turcs ont décidé de les renvoyer en France par un vol à destination de Marseille", poursuit-le texte. "Les services français ont été informés par leurs homologues turcs de ce changement de vol après l'arrivée sur le sol français des trois ressortissants expulsés", précise-t-il pour expliquer le cafouillage ayant entouré l'affaire.

"Dès cette information communiquée aux services français de sécurité et de renseignement, ceux-ci poursuivaient les investigations dans le cadre du mandat délivré par le magistrat instructeur du pôle antiterroriste", dit le ministère.

 

À suivre aussi

Football Hakan Sukur, ex-attaquant de la Turquie et opposant d’Erdogan, est devenu chauffeur Uber aux États-Unis
Turquie Fuite de Carlos Ghosn : deux étrangers impliqués dans le transit par Istanbul, selon Ankara
Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'un disccours devant le parti de la Justice et du Développement (AKP, au pouvoir), le 26 décembre 2019 à Ankara. [MURAT KULA / TURKISH PRESIDENTIAL PRESS SERVICE/AFP/Archives]
Conflit Turquie : le Parlement autorise Erdogan à déployer l'armée en Libye

Ailleurs sur le web

Derniers articles