Le travail du dimanche divise toujours autant

[Mychele Daniau / AFP/Archives]

Les syndicats remontent au front, vendredi, pour protester contre l'assouplissement des règles encadrant le travail du dimanche.

 

Ils n’en démordent pas. Les syndicats s’élèvent de nouveau, vendredi, contre le travail dominical, en appelant les salariés du commerce parisien à manifester dans les rues de la capitale.

Exprimant leur opposition à l’ouverture des magasins le dimanche, ils comptent maintenir la pression sur le gouvernement. Celui-ci semble néanmoins déterminé à assouplir les règles autour du travail en fin de semaine.

La loi pour l’activité contestée

Lorsqu’il avait présenté les grandes lignes de sa loi pour l’activité, il y a un mois, le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, avait fait part de sa volonté d’accélérer sur le sujet. Le texte prévoiera d’élever de 5 à 12 le nombre d’ouvertures dominicales accordées par les maires mais aussi d’autoriser le travail le dimanche dans les zones touristiques et les grandes gares.

Pour faire passer la pilule, l’exécutif a précisé que cela ne se ferait que sur la base du volontariat des salariés, dont le salaire doublera le dimanche. Des concessions insuffisantes pour les syndicats, qui craignent qu’elles restent lettre morte.

Désaccords autour des chiffres de création d'emploi

Les représentants des salariés contestent également les effets positifs sur l’économie que pourrait avoir, selon l’exécutif et le patronat, l’assouplissement des règles sur le travail du dimanche. Quand le Medef estime qu’une telle mesure permettrait de créer de 40 000 à 100 000 emplois, les syndicats avancent des chiffres bien inférieurs.

Et jugent le travail du dimanche néfaste pour la vie personnelle des salariés. Pour eux, l’enjeu est donc de faire plier les élus avant la présentation du projet de loi en Conseil des ministres, prévue à la mi-décembre.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles