Autoroutes : concessions en question

Les concessions d'autoroutes dans le viseur. Les concessions d'autoroutes dans le viseur. [Valery Hache / AFP/Archives]

Nouvel épisode dans la bataille qui oppose l'état aux sociétés concessionaires d'autoroutes : un rapport préconise tout simplement...la résiliation des contrats.  

 

Voilà qui devrait déplaire aux sociétés concessionnaires. Un rapport parlementaire, remis mercredi à l’Assemblée et au Sénat, préconise que l’Etat reprenne la main sur la gestion des autoroutes françaises. 

Dans le détail, ce texte préconise de résilier les contrats en cours. Cette solution serait certes coûteuse (entre 25 et 30 milliards d’euros) car elle impliquerait d’indemniser les sociétés. Mais elle permettrait ensuite de renégocier ces contrats en des termes plus avantageux pour les pouvoirs publics, selon le rapporteur socialiste Jean-Paul Chanteguet. Ce dernier presse le gouvernement d’agir : la dénonciation des contrats doit se faire avant le 31 décembre prochain, afin de «bâtir un nouveau système au cours de l’année 2015, avec une entrée en vigueur au 1er janvier 2016».

 

Des marges et des débats

Ce rapport intervient alors que les tensions entre l’Etat et les sociétés concessionnaires d’autoroutes sont exacerbées. A la mi-septembre, l’Autorité de la concurrence avait dénoncé les marges importantes des secondes, les estimant aux alentours de 20 %. Un chiffre que les concessionnaires réfutent, alors qu’une récente étude du cabinet Deloitte les situe plutôt entre 8 et 9 %. 

Le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, a appelé l’exécutif à prendre le rapport en compte, tout en réclamant un débat parlementaire «avant toute décision». 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles