Le film d'une journée dramatique

Peu avant 17h des détonations et des explosions ont été entendues et de la fumée a commencé à monter depuis le site de Dammartin-en-Goële. .[Joel Saget/AFP]

Les frères Kouachi, auteurs présumés de l'attentat sanglant contre Charlie, ont été tués vendredi, ainsi qu'un autre preneur d'otages déjà condamné pour islamisme radical qui leur était lié, au terme d'une journée dramatique marquée par une prise d'otage meurtrière en plein Paris. Depuis l'attaque contre l'hebdomadaire satirique mercredi le bilan total est de 20 morts.

 

Vers 8h, la traque des frères Kouachi reprend et se déplace rapidement en Seine-et-Marne (nord-est de Paris) quand éclate une fusillade nourrie à un barrage entre policiers et les frères Kouachi, reconnus par une automobiliste à laquelle ils ont volé une Peugeot 206 à Montagny-Sainte-Félicité (Oise).

Les fugitifs, lourdement armés, se retranchent avec une personne en otage dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële (nord-est de Paris). Le village de 8.000 habitants est bouclé par les forces de l'ordre soutenues par trois hélicoptères.

Le suspect de Montrouge est identifié et deux interpellations ont lieu dans son entourage. Vers midi, plusieurs sources policières affirment qu'une "connexion" a été établie entre le suspect et les frères Kouachi.

Vers 13h, une fusillade éclate porte de Vincennes, dans l'Est parisien, où une prise d'otages est en cours dans une épicerie casher. Le tireur de Montrouge est soupçonné d'être impliqué, selon des source policières. L'homme est identifié comme étant Amedy Coulibaly, un délinquant multirécidiviste de 32 ans, qui avait rencontré Chérif Kouachi en détention.

Un avis de recherche a également été lancé pour la compagne de Coulibaly, Hayat Boumeddiene, 26 ans, et deux interpellations ont eu lieu dans un quartier sensible à Grigny, en banlieue parisienne, dans "l'entourage très proche" du tireur présumé de Montrouge.

 

Un assaut simultané

Peu avant 17h, après plusieurs heures de confrontation, les policiers et gendarmes d'élite donnent quasi-simultanément l'assaut à Dammartin-en-Goële et à Paris.

A Dammartin, les frères Kouachi sont tués en tentant de sortir en tirant sur les forces de l'ordre pendant l'assaut. L'otage, qui s'est mis à l'abri dans une pièce de l'entreprise, au moment de la sortie des deux hommes, est libéré indemne et un membre du GIGN blessé.

A Paris, Amedy Coulibaly est tué au terme d'un assaut sur le magasin "Hyper Cacher". Quatre autres corps ont été retrouvés dans le supermarché et sept personnes ont été blessées. Certaines victimes avaient été tuées dans une fusillade au début de la prise d'otages.

 

Coulibaly et Kouachi se connaissaient

Amédy Coulibaly, délinquant multirécidiviste de 32 ans déjà condamné dans une affaire d'extrémisme islamiste, avait rencontré Chérif Kouachi en détention, où il s'est radicalisé. Il est également soupçonné, d'être l'auteur d'une autre fusillade mortelle jeudi à Montrouge, en banlieue parisienne, dans laquelle une jeune policière municipale a été tuée et un employé blessé.

Les deux hommes avaient été impliqués en 2010 dans l'enquête sur une tentative d'évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem, ancien du Groupe islamique armé algérien (GIA), condamné pour l'attentat à la station RER Musée d'Orsay en octobre 1995 à Paris. Kouachi avait bénéficié d'un non-lieu. Coulibaly avait été condamné à cinq ans de prison en décembre 2013.

 

À suivre aussi

Enquête Attentats de janvier 2015 : un homme en garde à vue dans l'enquête sur les armes ayant servi à Amedy Coulibaly
Terrorisme Jugé pour trafic d'armes, Claude Hermant entretient le flou
Hyper Cacher Un homme, dont l'ADN a été retrouvé sur une arme de Coulibaly, mis en examen

Ailleurs sur le web

Derniers articles