Marche républicaine : Le Pen "pas surprise" par la mobilisation

Marine Le Pen, interrogée sur Itélé, a demandé une modification de la politique étrangère de la France. [Kenzo Tribouillard / AFP/Archives]

La présidente du Front national Marine Le Pen s'est dite "pas surprise" par l'ampleur des manifestations de dimanche, qui ont rassemblé près de quatre millions de personnes en France contre le terrorisme.

 

Marine Le Pen, interrogée sur Itélé, a demandé une modification de la politique étrangère de la France. "On ne peut pas continuer à accepter d'avoir des relations privilégiées avec le Qatar dont tout le monde sait, à part peut-être M. Fabius et Nicolas Sarkozy, qu'il finance le terrorisme et les fondamentalistes islamistes", a-t-elle déclaré, critiquant à nouveau l'intervention militaire française en Libye.

"Je n'ai pas été surprise par cette mobilisation. Je pense qu'il y a un vrai sursaut (...) Je pense que les Français ont tout de suite compris, peut-être à la différence de la classe politique, que c'était la France qui était visée. C'était notre mode de vie, c'étaient les valeurs qui fondent notre pays qui étaient attaquées dans le cadre d'une guerre déclarée par le fondamentalisme islamiste" a-t-elle affirmé.

Marine Le Pen a dénoncé la proposition de Nicolas Sarkozy de créer une commission d'enquête sur les attentats de la semaine dernière. "Quand j'entends l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy proposer la création d'une commission, je tombe de ma chaise (...) A chaque fois qu'on veut étouffer un problème, on crée une commission", a-t-elle dit.

 

"poser les vraies questions" et "prendre des décisions urgentes"

Selon la présidente du Front national, il faut désormais "poser les vraies questions" et "prendre des décisions urgentes", notamment en matière de "maîtrise de nos frontières". Elle a en outre appelé à des décisions sur "l'arrêt des politiques d'austérité qui visent nos services de police, nos services de renseignement et l'armée".

Alors que des voix s'élèvent pour l'adoption d'un Patriot Act à la française, Marine Le Pen a mis en garde contre "ce type de mesures, qui visent en réalité à restreindre la liberté d'expression et nos libertés en général en se servant du danger terroriste".

"Nous avons un bon service de renseignement en France. Il manque de moyens", a-t-elle estimé.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles