Avalanches : c'est quoi, un DVA ?

[PHILIPPE DESMAZES / AFP]

Face aux avalanches, un équipement est devenu essentiel pour les skieurs habitués à sortir des sentiers battus : le DVA. Mais de quoi parle-t-on ?

Derrière ces trois lettres, peut-être, une chance de survie. Le DVA, pour "détecteur de victimes d'avalanches", est un petit boîtier que les amoureux de ski de randonnée embarquent sur eux pour être repérer le plus rapidement possible en cas de coulée de neige.

Ce petit appareil électronique, glissé dans la combinaison et non dans le sac à dos, pour ne pas être arraché en cas de choc, permet l'émission et le réception de signaux radio. Ainsi la personne secourue, en mode émission, "appelle" les secours grâce à son DVA. Les secours, en mode "réception", cherchent le signal de la personne ensevelie.

 

Survie très probable avant 18 minutes

L'objectif est simple mais crucial : gagner de précieuses minutes pour sauver un maximum de vies. Car une étude suisse le démontre : un skieur, s'il ne décède pas sur le coup lors d'une avalanche, a plus de 90 % de chances de survivre s'il est dégagé de la neige dans les 18 minutes. Ensuite, ses chances d'en réchapper se réduisent comme peau de chagrin : passé 35 minutes, les chances de survie ne sont plus que d'un tiers. 

Mais le DVA a également un effet bénéfique collatéral : celui de réduire les risques pris par les secouristes. Car plus ces derniers trouvent rapidement les victimes, moins ils se trouvent confrontés aux dangers d'une suravalanche qui pourrait survenir.  

 

Vous aimerez aussi

Alpes :  apprendre à skier à tout âge
montagne Alpes : apprendre à skier à tout âge
«Plusieurs personnes» ont été ensevelies dans une avalanche à Crans-Montana, en Suisse. (photo d'illustration).
Drame Suisse : «Plusieurs personnes» ensevelies dans une avalanche à Crans-Montana
Bon à savoir Pourquoi l'aiguille du Midi s'appelle-t-elle ainsi ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles