En images : la dissuasion nucléaire française

Le sous-marin nucléaire lanceurs d'engins (SNLE) Le Triomphant. [Jérôme Hary / MARINE NATIONALE / AFP]

François Hollande, chef de l'Etat et des armées, doit prononcer ce jeudi un discours à Istres sur la modernisation de la force française de dissuasion nucléaire. C'est à lui que reviendrait la décision d'enfoncer le "bouton nucléaire" si les "intérêts vitaux" de la France étaient menacés. Mais de quel arsenal la France dispose-t-elle ?

 

Les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE), le missile M51, le porte-avions Charles de Gaulle, le Rafale… C'est sur cet armement de pointe que repose aujourd'hui la dissuasion nucléaire française.

Concrêtement, elle s'appuie sur les sous-marins de la force océanique stratégique (FOST) stationnés dans la rade de Brest, et les forces aériennes stratégiques (FAS) réparties entre les bases d'Istres de Saint-Dizier et le Charles-de-Gaulle.

Une dissuasion "strictement défensive" qui représente un effort budgétaire de 0,2% du PIB français, soit 3,5 milliards d'euros en 2015, l'équivalent de 50 euros par Français. 

 

>>> En images : l'arsenal français de dissuasion nucléaire.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles