En quoi consiste le plan canicule ?

Le niveau 1 du plan canicule est activé tous les ans entre le 1er juin et le 31 août. [JEFF PACHOUD / AFP]

Depuis 2004, le plan canicule vise à informer et protéger les personnes dont la vie ou la santé peuvent être menacées par la persistance de fortes chaleurs. Voici en quoi il consiste.

 

Les fortes chaleurs prévues dans les prochaines heures ont fait resurgir le spectre de la terrible canicule de 2003. Le gouvernement va d'ailleurs rappeler vendredi les "mesures" prévues en cas de canicule.

Ce fameux plan canicule est en réalité activé chaque année entre le 1er juin et le 31 août.  Il comprend trois niveaux. Le premier niveau se résume à une simple veille des conditions météorologiques par Météo-France. 

 

Le niveau 2 en cas de fortes chaleurs

Le niveau deux est enclenché, lui, dès que la Direction Générale de la Santé et Météo-France émettent une alerte de fortes vagues de chaleurs. Il est activé département par département. Les mairies ont alors l'obligation de recenser les personnes à risques (personnes âgées, handicapés, personnes isolés). Pour ce recensement, les mairies mobilisent ainsi la Poste, les services publics ou des associations. Une charte sur laquelle figure les mesures de prévention leur est alors distribuée. 

Cette liste est une somme de gestes simples et de bon sens pour affronter la chaleur : se protéger du soleil, s'hydrater régulièrement, humidifier et ventiler son corps, fermer les volets, utiliser la climatisation ou un ventilateur, se reposer, éviter l'alcool, le sucre et les graisses, ou s'habiller léger et clair.

 

Le niveau trois, la mobilisation nationale

La population est aussi encouragée à se soucier du sort des personnes à risques. Les établissements de santé, eux, doivent s'approvisionner en bonbonnes d'eau et en produits de santés spécifiques aux fortes chaleurs.

Le niveau trois constitue le niveau de mobilisation maximale. Il est activé au niveau national par le Premier ministre en personne à condition que la canicule soit aggravée par d'autres facteurs comme une pénurie d'eau ou une saturation des hôpitaux.  Dans cette hypothèse, l'armée peut être sollicitée.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles