Reims : vague de réactions après une agression dans un parc

(Illustration) Une jeune femme a été agressée dans un parc de Reims alors qu'elle prenait le soleil en maillot de bain. [DOMINIQUE FAGET / AFP ]

Mercredi 22 juillet, une jeune femme était agressée physiquement au parc Léo-Lagrange de Reims. L'évènement révélé ce samedi suscite sur les réseaux sociaux une importante vague de réactions.

 

Tout commence mercredi après-midi alors qu'une femme d'une vingtaine d'années se repose dans un parc de Reims, vêtue d'un maillot de bain. Elle est frappée à plusieurs reprises par un groupe de jeunes filles, avant d'être transportée à l'hôpital. Interpellées, les cinq jeunes femmes ont été déférées dimanche au Parquet de Reims. Deux d'entre elles sont mineures

L'affaire aurait pu s'arrêter là si les raisons de l'agression n'étaient pas aussi incertaines, samedi, au moment où le fait divers est révélé. Lorsque le journal local l'Union dévoile l'affaire, il précise qu'une fille du groupe avait reproché à la victime "sa tenue légère jugée indécente en pareil endroit." et que cette dernière s'était alors rebiffée car "effarée par un tel discours aux relents de police religieuse".

Mais la commissaire de permanence, Julie Galisson, a détaillé ce dimanche les circonstances de l'agression. "Allez vous rhabiller, ce n'est pas l'été" avait scandé l'une des auteures de l'agression à un groupe de personnes, dont faisait partie la victime, qui prenaient le soleil en maillot de bain. "Aussi bien dans les déclarations de la victime que des mises en cause, aucun élément à caractère religieux ou moral n'est évoqué pour expliquer l'agression". Une précision dévoilée, alors que la toile s'est déjà enflammée.

 

#JeportemonmaillotauparcLeo, un des sujets les plus discutés sur Twitter

Car l'information a rapidement enflammé les réseaux sociaux, suscitant diverses interprétations. Si certains revendiquent le droit de porter un maillot de bain, d'autres, dont des politiques, réagissent également en dénonçant un mobile religieux

SOS Racisme lançait d'abord ce samedi le hasgtag #jeportemonmaillotauparcLeo. L'association est aussi à l'initiative d'un rassemblement ce dimanche dans le parc

 

 

 

 

Si Arnaud Robinet, le maire de Reims (Les Républicains) appelait à l'apaisement sur les réseaux sociaux, "car personne ne connaît le fond de l'histoire", certaines personnalités politiques ont dénoncé le motif, qu'ils estiment religieux, de l'agression. 

Eric Ciotti, député Les Républicains 

Florian Philippot, vice président du Front national

 

Fabien Engelmann, maire Front national d'Hayange 

Stéphane Ravier, maire Front national du 7e secteur de Marseille

Vous aimerez aussi

Faits divers Agression homophobe à Paris : un mineur mis en examen pour «violences aggravées»
Fait divers Isère : cinq jeunes suspectés d'avoir violé et torturé un handicapé pendant un mois
Enquêteurs après l'agression à l'arme blanche qui a fait sept blessés, dont quatre grièvement, le 9 septembre 2018 à Paris [Zakaria ABDELKAFI / AFP/Archives]
Justice Agressions au couteau à Paris : le suspect mis en examen et placé en détention provisoire

Ailleurs sur le web

Derniers articles