L'aviation française bombarde à nouveau Raqa

Photo fournie le 15 novembre 2015 par le ministère de la Défense montrant un Rafale au décollage d'un aéroport aux Etats arabes unis à destination de Raqa, fief du groupe Etat islamique (EI) [- / ECPAD/AFP] Photo fournie le 15 novembre 2015 par le ministère de la Défense montrant un Rafale au décollage d'un aéroport aux Etats arabes unis à destination de Raqa, fief du groupe Etat islamique (EI) [- / ECPAD/AFP]

L'aviation française a de nouveau bombardé le fief de Daesh à Raqa, dans le nord de la Syrie, dans la nuit de lundi à mardi, détruisant un centre de commandement et un centre d'entraînement, a annoncé le ministère français de la Défense.

"L'armée française a conduit pour la seconde fois en l'espace de 24 heures un raid aérien contre Daech (acronyme de l'EI en arabe) à Raqa en Syrie", a indiqué le ministère dans un communiqué. Le raid, effectué à 00H30 GMT (01H30 heure française), était "constitué de dix avions de chasse - Rafale et Mirage 2000 - qui ont été engagés à partir des Emirats arabes unis et de la Jordanie" et ont largué 16 bombes, une mission d'un format comparable à celle de dimanche soir.

"Les deux objectifs ont été frappés et détruits simultanément", précise le communiqué. "Conduit en coordination avec les forces américaines, le raid visait des sites identifiés lors de missions de reconnaissance préalablement réalisées par la France". L'aviation française intervient depuis septembre en Syrie contre l'EI.

Le président François Hollande devant le Parlement réuni en Congrès le 16 novembre 2015 à Versailles [ / POOL/AFP]
Photo
ci-dessus
Le président François Hollande devant le Parlement réuni en Congrès le 16 novembre 2015 à Versailles
 

Le président François Hollande a annoncé que la réponse de la France serait "impitoyable" après les attentats de vendredi, les plus sanglants jamais commis sur son territoire. Dès dimanche, dix chasseurs français ont largué 20 bombes sur Raqa, capitale de facto de l'EI, détruisant un poste de commandement et un centre d'entraînement présumés du groupe. Il s'agissait d'un raid d'une ampleur sans précédent, par le nombre d'appareils déployés, depuis le début des frappes françaises en Syrie fin septembre.

Les frappes deviennent aussi plus fréquentes au fur et mesure que l'aviation française accumule du renseignement, via ses vols de reconnaissance. Depuis les attentats de vendredi, les Etats-Unis et la France ont aussi décidé d'accroître leurs échanges de renseignements sur les cibles potentielles. La France va intensifier ses opérations contre l'EI en Syrie grâce au renseignement acquis et au déploiement prochain du porte-avions Charles-de-Gaulle qui va tripler sa capacité de frappes.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles