Attentats de Paris : deux hommes activement recherchés

Autre homme visé par un mandat d'arrêt international et en fuite, un Belgo-Marocain de 30 ans, Mohamed Abrini.

Le procureur de Paris, François Molins, est revenu ce mardi soir sur les avancées de l'enquête sur les attentats de Paris. Voici les principaux points de sa déclaration.

Salah Abdeslam n'est pas le seul suspect en fuite

Le suspect numéro un reste introuvable. Sa participation aux attentats est avérée : il aurait en effet convoyé les kamikazes du Stade de France avant de se rendre dans le 18e arrondissement. Un lieu où il devait sans doute commettre une autre attaque, qui n'a finalement pas eu lieu. Salah Abdeslam s'est ensuite rendu dans la soirée à Montrouge, où a été retrouvée lundi une ceinture d'explosifs, qui correspond à celles utilisées par les kamikazes. Il fait l'objet d'un mandat d'arrêt international. 

Autre homme visé par un mandat d'arrêt international et en fuite, un Belgo-Marocain de 30 ans, Mohamed Abrini. Il a été filmé le 11 novembre, deux jours avant les attentats, en compagnie de Salah Abdeslam. Ils se trouvaient dans une station-essence de l'Oise, sur l'autoroute en direction de Paris.

Le kamikaze de Saint-Denis aurait participé au commando des terrasses

L'homme retrouvé mort dans les décombres de l'appartement de Saint-Denis, après l'assaut des forces de l'ordre le 18 novembre, pourrait avoir participé aux tueries des terrasses le 13 novembre avec Brahim Abdeslam et Abdelhamid Abaaoud. Des empreintes le concernant ont été retrouvées sur une des kalachnikovs qui aurait servi lors des massacres. Ce même homme pourrait être l'individu qui a accompagné Abaaoud dans le métro parisien peu après 22h le soir des attentats, entre les stations Croix-de-Chavaux et Nation.

Abdelhamid Abaaoud est revenu près du Bataclan après des attaques

Le cerveau présumé des attaques, qui a participé selon les enquêteurs aux tueries des terrasses de l'est parisien, est ensuite revenu près du Bataclan. Entre 22h28 le vendredi 13, et 0h28 le samedi 14, il s'est ainsi déplacé dans les 12ème, 11ème et 10ème arrondissement de Paris, selon les données de son téléphone portable. Autrement dit, le terroriste a sans doute été près de la salle de spectacle, alors que la BRI était encore en train d'intervenir sur place.

Un projet d'attentat à la Défense

Abdelhamid Abaaoud et l'homme qui s'est fait exploser à ses côtés lors de la prise de l'appartement de Saint-Denis, le mercredi 18 novembre, projetait de nouvelles attaques. Selon le procureur, plusieurs éléments laissaient à penser que les deux hommes voulaient faire de nouvelles actions kamikazes le mercredi 18, ou le jeudi 19, dans le quartier de la Défense. 

La cousine de Abaaoud a aidé à trouver le logement de Saint-Denis

Hasna Ait Boulahcen, la cousine d'Abaaoud, a été contactée le 15 novembre pour trouver une solution de repli à Abaaoud et son ou ses complices encore vivants. Ils se sont ensuite retrouvés le mardi 17 à Aubervilliers, pour rejoindre Saint-Denis. Hasna Ait Boulahcen est morte dans l'appartement en question par asphyxie, après l'explosion d'un autre kamikaze et l'écroulement d'une partie du bâtiment. 

Le logeur de Saint-Denis ne pouvait pas ne pas savoir

Déjà connu des services de police, Jawad Bendaoud devrait être mis en examen ce mardi soir. Selon le procureur, il a été contacté par Hasna Ait Boulahcen afin de fourni un logement à Abaaoud. Il a mis à disposition contre rémunération cet appartement, qu'il occupait illégalement et utilisait en tant que marchand de sommeil. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles