Catastrophes naturelles : la facture en France va doubler d'ici à 2040

Le réchauffement climatique serait dans 30 % des cas à l'origine des dégâts causés par les aléas naturels [© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP]

Les assureurs ont chiffré le coût des dégâts causés par les catastrophes naturelles. Leur constat est sans appel : l'addition va sensiblement augmenter.

La facture des indemnités liées aux aléas naturels (sécheresses, innondations, submersions marines et tempêtes) va coûter 92 milliards d'euros aux assureurs français entre 2014 et 2039. C'est deux fois plus que ces vingt-cinq dernières années.

Pour expliquer cette hausse, les professionnels du secteurs mettent en avant à 43 % la hausse globale du niveau de richesse du pays, ainsi que le changement climatique (30 %).

Des dégâts liés au climat

«13 milliards d'euros sur les 44 milliards d'augmentation sont liés au facteur climat. La France, comme le reste du monde, est donc concernée», ont expliqué Bernard Spitz et Pascal Demurger, respectivement président et vice-président de l'Association française de l'assurance (Afa).

Dans le détail, le coût de la sécheresse passerait de 8 à 21 milliards d'euros, d'ici 2040. Un bond en grande partie lié au réchauffement climatique. Il en va de même pour les tempêtes, où les changements du climat seraient majoritairement à l'origine des 33 milliards d'euros de dégâts d'ici vingt-cinq ans.

En revanche, les aléas climatiques n'auraient un impact moindre sur les indemnités liées aux inondations. La facture de 16 à 34 milliards d'euros d'ici 2040 serait liée plutôt à l'augmentation des richesses du pays.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles