Régionales 2015 : une vague bleu marine

Marine Le Pen s'est félicitée des scores historiques du Front National. [PASCAL GUYOT / AFP]

La vague était pressentie. Et elle a déferlé. En emportant dimanche le premier round des élections régionales, avec près de 31 % des voix sur le plan national, selon les dernières estimations de l’institut Ifop, le Front National a fortifié son avènement au premier plan de la scène politique. 

Grâce à ce score historique en plein contexte post-attentats, le parti de Marine Le Pen est en passe de réaliser ce qu’il n’avait su faire aux départementales de mars dernier : prendre le contrôle, seul, d’un voire plusieurs territoires du pays.

Derrière, les Républicains, alliés au MoDem et à l’UDI, sont parvenus à sauver les meubles, crédités de 27,2% des voix sur l’ensemble du pays. Le Parti Socialiste, de son côté, n’est pas parvenu à faire fructifier le récent regain de popularité du couple François Hollande - Manuel Valls. 

Alors qu’il détenait jusqu’alors la quasi-totalité des régions, il n’a pu rassembler que 22,7% des suffrages et se trouve en grande difficulté. Alors que la question d’un front républicain face au FN a été rejetée par Nicolas Sarkozy, le second tour est désormais entre les mains des électeurs, dont la participation dimanche, proche de 50 %, n’a pas révélé de véritable sursaut citoyen après les attentats.
 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles